Elhadj Safioulaye Bah, préfet de Labé

Comme annoncé il y a quelques instants, le procès initié par l’opérateur économique, Elhadj Mamadou Bhoye DIALLO, ressortissant de Garambé, contre le préfet de Labé, Elhadj Safioulahi BAH a été renvoyé à deux semaines par le Tribunal de Première Instance, en raison, dit-on, de l’absence de la partie civile qui a initié la procédure, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

Interrogé dans la matinée de ce mercredi, 28 février 2018, l’avocat de la partie civile, Maître Amadou Kourouma a déclaré au téléphone de Guineematin.com avoir donné comme alibi pour justifier officiellement son absence à l’audience du jour des arguments liés à des difficultés de déplacement en cette période d’instabilité dans Conakry et ses environs.

« J’ai expliqué qu’il n’est pas facile de se déplacer actuellement à Conakry, à cause de l’insécurité. Il y a des mouvements partout. J’ai préféré demander qu’on renvoie à deux semaines », a-t-il indiqué.

En prenant l’option de ce renvoie, la partie civile s’est aussi astucieusement abstenue de payer la caution de consignation tout en évitant de tomber dans un autre piège pouvant conduire à l’annulation pure et simple de la procédure sans avoir eu gain cause dans la médiation proposée par le gouverneur de Labé, Sadou Keïta.
Le plaignant, Elhadj Mamadou Bhoye DIALLO estime que les deux semaines demandées et obtenues sont suffisantes pour permettre au médiateur de conduire à bon port sa négociation.

De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin