Le mercredi 7 mars 2018, les femmes de l’opposition guinéenne, les mères et familles des victimes des violences politiques et toutes les femmes de Conakry ont organisé une grande marche pacifique. La marche blanche.

Cet événement, c’est pour protester vigoureusement contre les assassinats perpétrés à l’occasion des différentes manifestations pacifiques. Nous profitons de cette occasion, au nom de toutes les femmes, pour remercier chaleureusement et féliciter toutes celles qui ont pris part à cette marche et qui lui ont conféré le succès poignant qu’elle a connu.

Il n’y a rien de plus précieux sur cette terre que la vie et celle-là, des forces de l’ordre l’ont ôté à nos enfants. Nous exigeons que justice soit faite, que des enquêtes soient ouvertes, les responsables poursuivis, jugés et punis conformément à la loi.

Malheureusement, malgré l’ampleur de cette première mobilisation des femmes, qui n’était qu’un avertissement, le gouvernement ne semble pas ému. « L’identification et la traduction devant les tribunaux des auteurs et commanditaires des crimes commis lors des manifestations pacifiques de l’opposition » est pourtant un point des accords politiques conclus et signés entre les acteurs politiques et sociaux en présence de la communauté internationale.

Par ailleurs, nous avons suivi avec regret l’annonce de l’arrivée massive de chasseurs traditionnels Donzos de l’intérieur du pays, présentés au siège du parti au pouvoir, pour soit disant protéger la ville alors que cette tache régalienne est dévolue aux Forces de Défense et de Sécurité.

A compter de ce mercredi, 14 Mars 2018, toutes les femmes de Guinée vont manifester, dans leurs quartiers et leurs communes respectifs jusqu’à ce que l’ouverture des enquêtes sur les crimes soit effective. Nous lançons un appel à toutes les femmes du pays, éprises de justice, de paix et de démocratie, sur l’étendue du territoire national, de descendre dans la rue pour réclamer la justice pour nos enfants victimes.

Nous mettons en garde le gouvernement et les FDS et les milices du RPG contre toutes formes d’exactions à l’endroit des citoyens qui manifestent paisiblement pour réclamer leurs droits. Aucune bavure, aucune agression ni aucune violation de domicile ne seront plus tolérées par les femmes.

Désormais, s’il y a une seule victime, nous sommes décidées à la porter à bout de bras jusque chez le Président de la République, M. Alpha Condé à Sékhoutouréya. Il a affirmé, le jour de la fête des femmes, de surcroît, ne pas avoir peur des femmes et des jeunes. Sachez Monsieur le Président que nous non plus, n’avons pas peur de vous ! Les mères de la Nation, les mères de la jeunesse n’ont pas peur de vous ! Sachez que vous ne faites plus peur à personne !

Nous femmes de Guinée, restons mobilisées pour que résonne désormais dans le monde entier que nous en avons marre des atrocités perpétrées envers nos enfants et de l’impunité garantie à leurs bourreaux.

Vive la forte mobilisation des femmes pour que triomphe la justice dans notre pays !

Ensemble toutes les femmes dans la rue, nous vaincrons !

Les femmes de l’opposition 

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin