Les trois derniers jours de cette semaine se suivent et se ressemblent sur la route Le Prince. De Hamdallaye à la Cimenterie, en passant par Bambéto, Cosa, Wanindara et Sonfonia, des échauffourées sont enregistrées suite à la crise sociopolitique que connait la Guinée.

Ce mercredi 14 mars 2018, deux jeunes (Boubacar Barry et Mamadou Baïlo Diallo) ont été tués par balle à Wanindara. Des gendarmes sont pointés du doigt dans ce énième assassinat lors des manifestations de l’opposition guinéenne, a appris Guineematin.

Pour parler de ces violences parfois meurtrières sur cet Axe, un de nos reporters a rencontré Ibrahima Aminata Diallo, président de la Plateforme des Jeunes Leaders de l’Axe pour la Démocratie et le Développement (PJDD). Monsieur Diallo s’indigne contre l’usage disproportionné de la force par les agents de maintien d’ordre sur ce tronçon. Il dénonce la politique du deux poids, deux mesures des forces de l’ordre dans leur intervention.

Selon le président de la PJDD, « avec nos observations sur le terrain, nous avons constaté qu’il y a un maintien d’ordre disproportionné des fores de sécurité. Il y a du deux poids, deux mesures, il faut oser le dire. Il faut le dire haut et fort, même si on sait que dans ce pays, il y a des préjugés, des étiquettes ».

Pour Ibrahima Aminata Diallo, les exemples qui illustrent le comportement des forces de sécurité ne maquent pas. « Dans la journée du lundi 12 mars, on a vu à Kaloum la gendarmerie se mettre à genoux, prendre les pieds des femmes pour leur demander de rentrer. Ils ont supplié les jeunes. Ensuite, quand le groupe Hadafos Médias a été attaqué, la même chose s’est passée. Les forces de sécurité sont venues demander aux jeunes alors que ces jeunes étaient armés de machettes, de gourdins, de bouteilles d’essence et prêts à incendier la radio », a énuméré le président de la PJDD.

Ibrahima Aminata Diallo soutient que « les forces de l’ordre viennent négocier, caresser les uns dans le sens des poils par là-bas, alors que par ici dans l’Axe, les mêmes agents viennent apprendre à tirer. Leur entrainement, c’est par ici. C’est comme si c’est des oiseaux qui sont ici, mais pas des humains. Si dans l’axe qu’il y avait eu ça, on sait ce qui allait se passer. Si Espace FM était sur la route Le Prince, on allait voir ce qui allait se passer. Ils allaient réagir violemment. Souvenez-vous quand la radio Sabari FM a été attaquée à Bomboly ».

Ainsi, notre interlocuteur dénonce ce comportement des forces de l’ordre guinéennes « qui sont pourtant formées au maintien d’ordre, qui savent comment ça fonctionne. L’un des principes, c’est l’impartialité, la neutralité, l’usage d’armes conventionnelles ».

Ibrahima Aminata Diallo s’indigne devant ce comportement antirépublicain et interpelle l’opinion publique nationale et les partenaires de la Guinée pour que de tels agissements cessent.

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 628 17 99 17

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin