Les tirs à gaz lacrymogène sur les opposants ne se passent pas sans conséquence ! Après avoir vu, impuissants, leurs leaders suer à grosses gouttes, faire couler des larmes dans un nuage de fumée et finalement contraints de rebrousser chemin, après avoir inhalé une importante quantité de gaz lacrymogène, les jeunes opposants ont décidé de le faire payer aux agents des forces de l’ordre…

Une sagesse africaine déconseille fortement de gifler un père de famille devant ses enfants. On explique que vous pourrez probablement le vaincre, ainsi que toute sa famille ; mais, l’humiliation subie vous éloignera à tout jamais de ses enfants…

La force utilisée contre le opposants pour les contraindre à se retourner faire la marche entre Cosa et Bambéto a permis aux agents des forces de l’ordre de gagner « légalement » le duel et faire appliquer les consignes reçues des autorités. Mais, en retour, ces agents auront laissé une image indélébile de « mateurs de leaders » aux yeux des militants, majoritairement jeunes…

Selon des constats faits par les reporters de Guineematin.com déployés sur le terrain, en revenant du meeting animé par les leaders de l’opposition à Bambéto, des échauffourées ont éclaté entre les jeunes opposants et les agents des forces de l’ordre à Cosa, lieu où le gaz lacrymogène a été tiré sur la foule des manifestants. On apprend même qu’un poste de police aurait été incendié.

Joint au téléphone par un reporter de Guineematin.com pour vérifier cette information, l’inspecteur général de police Ansoumane Camara « Bafoé » n’a pas voulu se prononcer : « nous sommes sur le terrain », a-t-il lancé, avant de mettre fin à l’entretien…

A suivre !

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin