A l’occasion de l’assemblée générale hebdomadaire de l’Union pour le Progrès et le Renouveau (UPR) ce samedi, 24 mars 2018, le président du parti Bah Ousmane s’est exprimé sur plusieurs sujets qui ont marqué l’actualité de la semaine qui s’achève.

Il a commencé par parler de sa rencontre avec le président de la République, Alpha Condé, à propos de la consultation entamée par celui-ci pour la formation d’un nouveau gouvernement. Ensuite, il s’est prononcé sur l’incendie survenu au marché de Madina, mais aussi les séries de manifestations organisées par l’opposition républicaine, a appris Guineematin.com à travers un de ses reporters.

« Je voudrais particulièrement aborder le point concernant la consultation dont nous avons été l’objet de la part de monsieur le président de la République. Consultation relative à la situation que nous vivons et les ébauches de solutions pour remédier à certains points de préoccupation.

Avec la permission du présidium ici, on va vous tendre le micro pour que certains d’entre vous puissent s’exprimer par rapport à la situation que nous vivons. Qu’est-ce que vous, vous avez constaté et qu’est-ce que votre opinion vous dit qu’on pourrait apporter comme solution pour remédier ça », a introduit Bah Ousmane devant ses militants.

S’agissant de l’incendie survenu au grand marché de Madina, Bah Ousmane a dit sa désolation suite aux dégâts enregistrés. Il a tout de même rendu grâce à Dieu du fait que l’incendie s’est produit la nuit au moment où les commerçants n’étaient pas sur les lieux. « Grâce à Dieu, il n’y a pas eu de victimes en vies humaines. Je crois qu’on peut dire et peut affirmer qu’encore une fois, le Tout-puissant Allah nous a couverts de sa grâce. Ça s’est passé la nuit, imaginez un seul instant que cet incendie-là se soit passé dans la journée. Vous vous imaginez ce qui allait se produire ? Mais Dieu est grand », a-t-il déclaré.

Par ailleurs, Bah Ousmane a fait une mise au point à l’endroit des responsables et militants de son parti qui l’avaient appelé à se rendre au marché de Madina afin d’exprimer sa compassion à l’endroit des victimes de l’incendie : « Président, il y a eu incendie à Madina. Tel ou tel sont partis pour voir ce qui s’est passé, il faut que tu ailles toi aussi. J’ai dit d’accord j’irai, mais je ne suis pas allé et je n’ai pas l’intention d’aller. Je ne veux pas aller à Madina voir ce qui s’est passé là-bas comme dégâts et me mettre à verser des larmes, c’est les larmes-là qui vont arranger ça ? Ceux qui ont été sinistrés ont besoin d’assistance. Alors moi, chaque fois qu’il y a des problèmes de ce genre, je préfère aller avec le peu que je peux et dire tenez, utilisez ça. Ou alors puisque je suis de la mouvance présidentielle, le président a l’habitude de m’envoyer après concertation, faire quelque chose pour les sinistrés, je préfère aller et avec un message du président qui me remettra quelque chose pour dire voilà ce qu’on vous propose au lieu d’aller verser des larmes. Dites-moi tous ceux qui sont passés là-bas, ils ont apporté quoi ? », s’interroge le président de l’UPR.

Bah Ousmane a enfin évoqué les manifestations organisées par l’opposition républicaine, dirigée Cellou Dalein Diallo. Une démarche qu’il désapprouve totalement : « Nous avons été dans l’opposition, Bah Mamadou, Siradjo Diallo, Jean Marie Doré, le professeur Alpha Condé étaient tous dans l’opposition. Est-ce qu’il y a une opposition plus forte que celle-là ?

Chaque fois qu’on avait commencé à manifester ici, on déclarait normalement et on respectait la loi. Mais en dépit du fait qu’on respectait la loi, on nous refusait de manifester. Mais est-ce qu’une seule fois on a forcé ici pour dire que non, puisqu’on ne nous a pas dit allons quand même ? Jamais !

Nous savions à qui on a à faire, c’était un régime militaire c’était des armes. Est-ce qu’il est logique de confronter les armes aux poitrines de nos militants et de nos militantes ? Ce n’est pas logique, il faut plutôt voir comment obtenir le même résultat mais d’une autre manière, le dialogue et la concertation. Et depuis que nous avons fait ça, ce qu’on a obtenu en tant qu’opposition, cette opposition-là n’a rien obtenu comme ça. On a obtenu beaucoup de choses ici et je vous donne un exemple, ce que peut-être vous ne savez pas. Aujourd’hui on parle de chef de file de l’opposition, ce n’est pas cette opposition qui a créé ça, mais c’est nous », a laissé entendre Ousmane Bah.

Siba Guilavogui pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin