Deux semaines jour pour jour après l’assassinat de Yéro Malal Diallo, élu de l’UFDG à la mairie de Sinta dans la préfecture de Télimélé, un envoyé spécial de Guineematin.com s’est rendu à son domicile situé dans le district de Touguiwel. Sur place, l’émotion a baissé, la vie a repris son cours normal dans la famille, mais la soif de justice reste très forte.

L’assassinat de Yéro Malal Diallo qui s’apprêtait à prendre le contrôle de la mairie de Sinta a été un véritable coup dur pour sa famille, une nouvelle difficile à croire. Cette disparition brutale a sérieusement bouleversé les membres de sa famille. Mais deux semaines après, ils commencent à s’en remettre peu à peu.

Ce lundi, 02 avril 2018, jour de marché hebdomadaire à Sinta, des visiteurs se succèdent encore au domicile du défunt. Ils viennent saluer sa famille et lui apporter leur soutien tant moral que financier. Des proches de Yéro Malal sont assis dans sa cour pour réceptionner les visiteurs.

Ses deux veuves qui préparent ensemble, viennent saluer les visiteurs. Présentation des condoléances, prières pour le repos de l’âme du défunt, puis toutes les deux se retournent continuer leurs travaux. Quant à ses enfants vivant à Touguiwel (d’autres sont avec un de ses frères à Conakry), seuls les plus petits sont à la maison, les autres sont tous partis à Sinta, nous apprend-t-on.

Sur place, un seul accepte de nous parler. C’est le neveu du défunt, venu de Conakry juste après l’assassinat pour suivre le dossier. Quand on lui demande comment vit la famille de Yéro Malal, il répond sans hésiter qu’elle vit bien malgré la dure épreuve qu’elle a subie.

« Depuis la mort de mon oncle, la famille vit bien en dépit des souffrances morales qu’elle traverse. On a eu un soutien dont on ne s’attendait pas du tout, les gens sont venus de partout pour nous apporter de l’argent. Ce matin même j’ai fait le calcul de l’argent que nous avons reçu, après toutes les dépenses effectuées, il reste plus de 17 millions de francs. On a reçu plus de 20 millions de francs depuis le jour du décès jusqu’à nos jours, donc la famille vit bien », raconte Amadou Sara Diallo.

Il faut toutefois dire que cet argent va finir.Qui va s’occuper donc des deux veuves de Yéro Malal et de ses sept enfants ? « On a une grande famille, mon oncle n’est pas seul, il a des frères. Donc, par la grâce de Dieu, nous pensons que ses enfants pourront vivre dignement et poursuivre leurs études, parce que tous ceux qui ont l’âge d’aller à l’école étudient », explique monsieur Diallo, optimiste sur ce point.

Ce qui préoccupe la famille aujourd’hui, précise-t-il, <<c’est de savoir la vérité sur l’assassinat de mon oncle. On veut savoir qui a tiré sur lui, qui l’a envoyé et pourquoi on l’a tué. On veut que les coupables soient identifiés et punis. C’est vrai que ça ne ramènera le défunt en vie mais on sera au moins soulagé un peu>>.

A rappeler que trois suspects ont été arrêtés suite à l’assassinat de Yéro Malal Diallo. Ils sont détenus actuellement à la prison civile de Télimélé.

De Télimélé, Alpha Fafaya Diallo, envoyé spécial de Guineematin.com

Tél. : 628124362

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin