Le prévenu Boubacar Bah, poursuivi pour vol, a été reconnu coupable et condamné à deux ans de prison, hier mardi 03 avril 2018 par le Tribunal de Première Instance de Dixinn. Boubacar Bah comparaissait pour avoir volé, avec ses amis, plusieurs objets appartenant à Kisseny Camara, diplômé en Sciences Politiques, a appris sur place Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

En effet, c’est dans la nuit du 19 au 20 février 2018 que monsieur Kisseny Camara a été dépouillé de tous ses biens, au quartier Wanindara, dans la commune de Ratoma. Quelques jours après, venu revendre le téléphone volé, Boubacar Bah a été appréhendé et remis à la police qui l’a mis sous mandat le 26 février 2018.

Dans son audition de ce mardi 03 avril 2018, Boubacar Bah a systématiquement nié les faits mis à sa charge. « Je n’ai pris aucun objet. Le téléphone qu’on me reproche d’avoir enlevé m’appartient. Le téléphone portable est à moi », s’est -t-il défendu devant le juge Mangadouba Sow.

Cependant, le plaignant Kisseny Camara maintient mordicus à la barre que le voleur qui a retiré ses objets reste et demeure Boubacar Bah. « C’est lui même qui a retiré mes objets », a insisté la victime.

Dans ses explications, Kisseny Camara a fait savoir que c’est dans la nuit du dimanche 19 au lundi 20 février que Boubacar Bah et ses amis ont retiré ses biens aux environs d’une heure du matin. « J’étais parti accompagné un ami. A mon retour, j’ai trouvé Boubacar Bah avec deux autres personnes, armés d’une machette et d’une paire de ciseaux. Ils m’ont mis au respect. Ils ont pris mon téléphone, mon portefeuille, ma bague en argent, une somme de 140 mille francs guinéens et un montant de 200 Euros. Ils m’ont sérieusement menacé avec leurs armes. J’ai pris la fuite. Le lendemain j’ai suis allé faire une déclaration de perte à la gendarmerie urbaine de Wanindara », dira-t-il.

Parlant des circonstances de l’arrestation du prévenu, monsieur Camara a expliqué que « deux jours après, Boubacar Bah est venu dans le quartier pour revendre le téléphone. Mes amis ont reconnu mon téléphone et ils m’ont fait appel. Je suis venu et j’ai trouvé que c’est mon appareil et du coup j’ai reconnu aussi le voleur ».

Dans ses réquisitions, le procureur Mohamed Samoura a eu à rappeler que la victime a reconnu son voleur et que le même téléphone portable disparu a été retrouvé dans ses mains. « Je vous demande de le retenir dans les liens de la culpabilité de vol en le condamnant à 2 ans d’emprisonnement ferme », a-t-il requis.

Après avoir suspendu l’audience pendant deux heures d’horloge, le juge Mangadouba Sow va déclarer Boubacar Bah coupable. Il est condamné à 2 ans de prison et au payement intégral de la somme de 140 000 francs guinéens ainsi que 200 euros.

Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 654 416 922/664 413 227

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin