Le secrétaire général du bureau préfectoral du Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG) à Labé, Mamadou Niama Baldé accuse ses proches collaborateurs, qui s’agitent contre la réinstallation des responsables de l’Union syndicale universitaire, d’être en perte de vitesse et de faire dans la jalousie, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

Quelques instants après la publication de notre article sur les « 4 responsables du bureau préfectoral désavoués par le chargé de la communication », le secrétaire général du SLECG de Labé, Mamadou Niama Baldé, qui était injoignable au téléphone depuis mardi soir, est entré en contact avec la rédaction régionale de Guineematin.com pour faire signe de vie.

«Vous avez tenté de me joindre. J’étais à un endroit non couvert par le réseau » a-t-il introduit notre conversation téléphonique.

A la question de savoir quelle est sa position, il répond qu’il est rentré dans la ville de Labé. Avant de nous confier sa surprise d’apprendre qu’il est menacé de sanction par ses collègues syndicalistes pour avoir favoriser la réinstallation du bureau de l’union syndicale de l’Université Hafia.

« Maintenant, je suis à leur écoute. Moi, j’ai fait ce que je pouvais faire. C’était en présence de la presse. Rien n’est caché. Ils sont en perte de vitesse. C’est une simple jalousie, parce qu’ils tiennent coûte que coûte à avoir le secrétariat général. Fodé Camara veut être secrétaire général de l’Université avec Issa Soumaré. Alpha Mamadou Cellou Diallo convoite mon poste. Je connais tout ce qu’ils sont en train de faire, les gens me rapportent tout. Mais, moi, je les attends. Cellou n’est même pas fonctionnaire. Cellou et Labiko m’ont manqué de respect à plusieurs reprises. Le groupe qui se disait collectif. Moi, c’est le général Soumah qui m’a prié de les intégrer pour ne pas qu’ils aient des problèmes. Si vous vous souvenez lors de la grève du mois de novembre le préfet avait voulu les faires interpellé parce que, selon lui, ils étaient en porte-à-faux avec la loi. Ils n’étaient ni syndiqués, ni syndicalistes. Maintenant, ils font une campagne d’intoxication contre ma propre personne. Juste pour me décrédibiliser aux yeux des enseignants » a-t-il expliqué au téléphone de Guineematin.com dans l’après-midi de ce mercredi, 4 avril 2018.

Il semble que lors d’une réunion tenue hier mardi, 3 avril 2018, à l’initiative des adversaires de l’équipe de Mamadou Mouctar Bah, deux autres syndicalistes (Mamadou Adama Barry Panos et Mamoudou Maléah Diallo) qui étaient pourtant présents le lundi, 1er avril 2018, lors de la réinstallation du bureau démissionnaires se sont officiellement déchargés sur leur secrétaire général Mamadou Niama Baldé, qui n’était même pas informé du programme de la rencontre de ce mardi, 3 avril.

Abordé sur cette question, Fodé Camara explique que Mamadou Niama Baldé était injoignable au téléphone au moment où les invitations se lançaient.

Qu’à cela ne tienne ! Mamadou Niama Baldé regrette ce qui s’apparente aujourd’hui à une trahison de la part de ses collègues avec lesquels il a supervisé la réinstallation de l’équipe de Mouctar Bah dans les perspectives d’une réconciliation en vue d’une unité d’action syndicale à l’Université Hafia.

« Panos m’a même appelé aujourd’hui. Mais, il ne m’a jamais dit qu’ils se sont réunis autour de moi. Beaucoup de gens m’ont dit qu’il joue le jeu de mes adversaires. Ils me font la guerre » a-t-il conclu notre conversation.

A préciser que Mamadou Adama Barry qui est le secrétaire général de l’Union Régional du SLECG assume cumulativement les fonctions de secrétaire général adjoint du bureau préfectoral. Et le secrétaire général du bureau préfectoral, Mamadou Niama Baldé est en même temps secrétaire général adjoint du bureau régional. Comme pour dire qu’il y a beaucoup de superpositions de casquettes et de dédoublements au sein du Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG).

De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin