Plusieurs citoyens se livrent à la chasse dans la région de Kindia sans connaitre la réglementation en la matière. Pourtant, la chasse est une activité réglementée sur tout le territoire guinéen. A Kindia, cette activité est pratiquée par deux groupes de chasseurs. Pour parler de la réglementation de la chasse, un des correspondants de Guineematin.com dans la cité des agrumes a rencontré Kémo Dioubaté du service des Eaux et Forêts de la préfecture.

Selon monsieur Dioubaté, chargé de la protection de la faune et de la réglementation de la chasse, le permis de chasse est obligatoire pour exercer la chasse en Guinée. « Ceux qui sont autorisés à chasser, c’est ceux qui ont leur permis de port d’arme et leur permis de petite chasse. On ne peut pas délivrer un permis de chasse sans avoir son permis de port d’arme. Et, le permis de port d’arme est donné par le ministère de l’intérieur et de la sécurité. Le permis de chasse est donné par le préfet qui lègue son pouvoir au chef de section des eaux et forets », a-t-il expliqué.

Pour ce qui est de la zone de Kindia, Kemoko Dioubaté précise qu’il existe deux groupes de chasseurs à Kindia : « il ya ceux qu’on appelle chasseurs tout court ; et, les chasseurs et guérisseurs traditionnels. Actuellement, ces deux groupes ont déjà commencé leur recensement pour avoir leurs permis. A chaque année, les chasseurs doivent prendre le permis. Mais, avant de le pendre, il faut que l’intéressé soit recensé, connaitre toutes les informations sur son fusil, par ce qu’on ne peut pas donner le permis de chasse, qui ne coûte que 5 200 francs guinéens, sans voir l’arme ».

Parlant des animaux concernés dans les aires partiellement protégées et riveraines des forêts classées, le chargé de la protection de la faune à Kindia affirme que les animaux sauvages sont constitués de trois groupes. « La chasse est autorisée à partir du 15 décembre jusqu’au 30 avril de chaque année. Mais, il faut savoir quel animal chasser. C’est les petits gibiers, comme les céphalotes, les lièvres, le porc-épic. Il y a aussi les animaux qui sont intégralement protégés. C’est comme le chimpanzé, l’éléphant… ces animaux, il y a un temps pour les chasser et par autorisation. Il y a d’autre petits animaux, de la troisième catégorie, qu’on peut chasser, parce qu’ils détruisent les champs », indique Kémo Dioubaté.

Le chargé de la protection de la faune à Kindia dit que toute violation du code s’expose à des sanctions : « tout chasseur qui violera ce code sera entendu sur procès verbal et déféré à la justice ».

De Kindia, Mamadouba Sylla pour Guineematin.com

Tel. 623 78 43 73

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin