La famille, les amis et les anciens collaborateurs militaires et civils ont organisé ce dimanche, 15 avril 2018, à Safatou, un quartier relevant de la commune urbaine de Labé, une cérémonie de lecture du Saint Coran pour le repos de l’âme du regretté Colonel Hadji Kanté, ex-préfet de la localité, décédé à Conakry, le 3 de ce mois, à l’âge de 77 ans, des suites d’une longue maladie, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

C’était une occasion pour les citoyens de Labé massivement mobilisés au domicile du défunt à Safatou, dans la commune urbaine de rendre un vibrant hommage mérité à cet officier de l’aviation militaire guinéenne qui a assumé des fonctions de préfet à Beyla et dans sa ville natale à la faveur de la prise du pouvoir par le Comité Militaire du Redressement National (CMRN).

« Nous avons travaillé ensemble lorsqu’il était préfet de Labé. Je retiens de lui un homme honnête, courageux et patriote » a confié à l’assistance celui qui a été son directeur préfectoral de la jeunesse en 1988, Elhadj Ibrahima Sampiring DIALLO.

C’est grâce à son courage exceptionnel que Labé a pu avoir un émetteur permettant aux populations locales de recevoir les images de la Télévision Nationale.

En effet, à l’époque, les commerçants de Labé avaient accepté de cotiser et mobiliser 17 millions de francs guinéens pour acheter cet émetteur avec les conseils techniques du directeur provincial des PTT d’alors, le doyen Elhadj Dr Malal Diari Diallo.

Mais, lorsque l’appareil est arrivé à Labé, un des travailleurs des PTT a soufflé la nouvelle au redoutable commissaire Hervé Vincent Bangoura alors Ministre des PTT. Ce dernier s’est mis tout de suite à s’agiter en touchant son homologue de l’information, un certain Zaïnoul Aboudine Sanoussy.

Quelques jours après, un message tombe dans le bureau du ministre résident d’alors, Makan Camara, un autre officier de la Gendarmerie à qui on a demandé d’embarquer l’émetteur pour Conakry.

Saisi de cette instruction par son ministre résident, Mackan Camara, le préfet de Labé, Hadji Kanté a opposé une fin de non recevoir : « dites à vos ministres que cet émetteur appartient à Labé. C’est les citoyens de Labé qui l’ont acheté, il n’ira pas à Conakry.»

Hadji Kanté, Hervé Vincent Bangoura et Zaïnoul Aboudine Sanoussy se retrouvent alors à Conakry. « Tu crois que ton village va suivre la télévision avant mon village » lui aurait lancé le ministre Hervé Vincent Bangoura.

« J’en suis convaincu, parce que pour mon village, il ne reste que ta signature, l’appareil est déjà à Labé » aurait répliqué le courageux préfet de Labé, Hadji Kanté.

Finalement, ils se sont transportés dans le bureau du président Lansana Conté et Hadji Kanté est rentré à Labé avec la signature du ministre autorisant d’installer l’émetteur.

Cette anecdote mérite d’être partagée aujourd’hui parce qu’au moment des faits, il était question de la ville natale du redoutable Siradiou Diallo alors deuxième personnalité du Groupe Jeune Afrique et qui était toujours qualifié par les caciques du régime « de mercenaire à la plume dont le nom est associé à tord ou à raison à l’agression du 22 novembre 1970 ».

De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin