Certains enseignants ont boycotté les cours hier lundi à l’Université de Kindia. Ils accusent le recteur de cette institution d’enseignement supérieur de mauvaise gestion depuis sa venue aux affaires. Face à cette situation, le rectorat a réagi ce mardi, 17 avril 2018 pour éclairer la lanterne des uns et des autres sur ce qui prévaut dans cette université, rapporte Guineematin.com, à travers un de ses correspondants dans la cité des agrumes.

L’assistant du recteur, Mamady Bgèman Kaba a qualifié le mouvement d’hier de manipulation de part de gens qui agissent pour des intérêts égoïstes. « Ceux qui parlent du diplôme du recteur, du bus, de la non prise en charge sanitaire des étudiants et enseignants, ce sont la plupart des personnes qui ne sont plus sur l’effectif de l’université de Kindia. Ils sont mecontents de leur mutation faite depuis le 17 octobre 2017 et signée par monsieur le ministre de l’enseignement supérieur. Ils tiennent coûte que coûte à revenir à l’université de Kindia », accuse-t-il.

Parlant de la signature du protocole d’accord entre le syndicaliste Soumah et le gouvernement, Mamady Bgèman Kaba précise que « les enseignants ont reçu une copie du protocole d’accord signé entre Soumah et le gouvernement. Mais selon eux, dans le point 4 du Protocole, il est demandé le retour de tous les enseignants mutés de façon arbitraire à cause du mouvement de grève. Alors, quand ils sont venus nous expliquer ça, on leur a répondu qu’ils ont été mutés avant la grève du mouvement syndical. Donc, ce n’est pas lié. On leur a dit que s’ils veulent revenir, c’est d’aller voir le ministère pour montrer le Protocole d’accord. Le ministre va leur faire un acte ou une note circulaire informant l’université, pour dire attention, ceux là ont été mutés à cause de ça. Mais jusqu’ici, le bureau préfectoral du syndicat ne nous en a pas fait cas, ni le ministère de façon orale ou par écrit. Mais eux, ils ont décidé de s’imposer. Et hier, on a compris qu’ils avaient d’autres idées. Ils sont passé par la violence en rentrant dans les salles de classe, vider les étudiants en les incitant avec des arguments concernant le diplôme du recteur, du bus etc.… »

En ce qui concerne le fonctionnement du bus de l’université et la prise en charge sanitaire des étudiants et enseignants, le porte-parole du recteur affirme : « depuis l’ouverture, le bus ne marche pas, par ce qu’il est en panne. C’est un système de freinage qui est gâté et aussi le bus est devenu vieux surtout que l’effectif ne fait que s’agrandir à l’université de Kindia. Donc, on ne peut pas oser mettre les étudiants dans un vieux bus et dont le système de freinage ne répond pas. Pour la prise en charge sanitaire aussi, les étudiants et les enseignants sont assistés par l’université. Mais, ce n’est pas tous les cas de maladie aussi. Il y a certains cas, comme les opérations chirurgicales, qui ne sont pas pris en compte par l’université par ce que c’est coûteux. Et à l’infirmerie, la subvention vient à chaque trois mois, quelques fois ça retarde. D’ici l’arrivée d’une nouvelle subvention, il se peut que le produit déjà stocké soit finit en fonction du taux d’élévation des cas de maladies. Car, s’il y a des insuffisances, on les fait référer à l’hôpital régional».

A noter qu’il y a eu cours dans certaines facultés ce mardi à l’université. Pour y mettre de l’ordre, les autorités locales et le département en charge de l’enseignement supérieur ont mis à la disposition du rectorat une équipe sécuritaire composée de gendarmes pour sécuriser l’université, les étudiants et leurs biens, mais aussi assurer le bon déroulement des cours.

De Kindia Mamadouba Sylla pour Guinéematin.com

Tel : 623 78 43 73

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin