Le prix de location d’une maison devient de plus en plus inquiétant pour bon nombre de citoyens de la ville de Kankan. On enregistre une hausse généralisée du prix devant des citoyens généralement pris au dépourvu. Les concessionnaires rivalisent d’ardeur dans cette course effrénée vers le gain au grand dam des citoyens au revenu souvent modeste, a constaté sur place Guineematin.com, à travers son correspondant dans la région.

La cherté du loyer affecte sérieusement les conditions de vie des citoyens du Nabaya. La quasi totalité des habitants de la ville se plaint de cette flambée de prix du loyer qui appauvri les ménages. De nombreux concessionnaires fixent les prix de location de leurs bâtiments de façon excessive et selon la tête du client. Une réalité que déplorent plusieurs locataires, obligés de se plier à la norme sous peine de « passer la nuit à la belle étoile ».

Les plus affectés par cet état de fait sont les étudiants de l’Université Julius Nyerere de Kankan. Selon Moralye Traoré, rencontré au quartier Gare, « les difficultés que nous rencontrons ici sont énormes. Les du loyer sont vraiment chers. J’en appelle à la responsabilité des autorités afin qu’elles trouvent une solution à ça. Le plus tôt serait le mieux ».

De son côté, Baba Samba, lui aussi étudiant de ladite université, dénonce cette spéculation. « Ici, le prix de la location est excessivement cher. Le prix change en fonction des situations. Les concessions qui se trouvent au centre ville sont plus chères que celles situées dans les quartiers périphériques », indique-t-il.

Face à ces nombreuses plaintes, Aminata Doumbouya, concessionnaire au quartier Kabada 1, se défend : « je n’ai pas le même prix de loyer que les autres concessionnaires à Kankan. Ce n’est pas pour se vanter mais chez moi, le bâtiment à trois chambres et salon n’arrive pas à 200.000 FG. Mais, je donne deux chambres salon à 100.000 FG. Vous savez, l’argent finira un jour mais, l’être humain reste ».

Pour rappel, le lundi 09 Avril 2018, des organisations de la société civile avaient interpellé les députés sur cette question à l’occasion de l’ouverture de la session des lois de l’Assemblée Nationale. Il reste à savoir si les élus du peuple vont se pencher sur « le loyer cher » pour une réglementation du secteur de l’immobilier en Guinée ou si les interminables et infructueux débats politico-politiciens vont continuer à polariser leur attention.

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin