La vente illicite de médicaments prend une ampleur sans précédent à N’Zérékoré. Les pharmacies par terre comme on les appelle, ne cessent de se multiplier dans la capitale de la Guinée forestière. Une situation inquiétante au regard des risques liés à la consommation des faux médicaments, alerte le directeur régional de la pharmacie centrale de N’Zérékoré, interrogé par le correspondant local de Guineematin.com hier, samedi 21 avril 2018.

S’il y a un secteur qui se développe vite à N’Zérékoré, c’est bien celui du marché parallèle de médicaments. Partout dans la ville, on trouve des citoyens qui vendent des médicaments dans des conteneurs transformés en pharmacies ou alors dans des épiceries, sans aucune connaissance des normes en la matière. Et ce marché parallèle, est la destination privilégiée des malades en raison des prix qui y sont beaucoup plus abordables que ceux des officines tenues par les spécialistes.

Et, selon Dr Mamady Yoma Condé, directeur régional de la pharmacie centrale de N’Zérékoré, cette situation est atypique à la Guinée : « C’est un cas spécial, il y a 96 sociétés grossistes de vente de produits pharmaceutiques en Guinée, alors que chez nos voisins de la Côte d’Ivoire, le nombre de grossistes ne dépasse pas 5, au Sénégal c’est 3, au Mali ça ne dépasse pas 4. Mais c’est seulement chez nous où il y a un tel nombre de grossistes, et toutes ces sociétés envoient des médicaments en Guinée. Ces médicaments sont repartis sur le plan national, et c’est pourquoi d’autres sociétés grossistes déversent directement au niveau du marché parallèle », explique le pharmacien.

Selon Dr. Mamady Yoma Condé, cette situation est favorisée par un certain nombre de facteurs : « Il y a un réseau de trafic lucratif qui est là. Il y a aussi des risques pénaux qui sont très faibles, c’est-à-dire que le code pénal n’est pas appliqué. Il y a l’absence d’une autorité de consensus, un système de couverture déficient, la porosité de nos frontières, il y a également des chaînes d’approvisionnements vulnérables, mais aussi des possibilités d’importation parallèle des médicaments ».

Le directeur régional de la pharmacie centrale de N’Zérékoré indique que les faux médicaments entraînent plus de 8000 morts par an dans le monde et que ces faux médicaments se retrouvent généralement sur le marché parallèle. C’est pourquoi, il conseille les populations de la région à se rendre dans les structures agrées pour acheter des médicaments pour éviter de tomber sur des produits contrefaits.

De N’Zérékoré, Foromo Lamah pour Guineematin.com

Tél. : +224620166816

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin