Comme annoncé dans plusieurs de nos publications, l’affaire de la convention de gestion du port de Conakry liant le gouvernement guinéen au groupe français Bolloré, continue d’alimenter les débats. Un débat relancé par la mise en examen du PDG de la société Vincent Bolloré en France pour corruption d’agents étrangers entre autres. L’ancien ministre de la communication, Alhoussény Makanéra Kaké qui s’est confié à Guineematin.com ce mercredi, 02 mai 2018, est revenu sur ce sujet.

D’abord, Makanéra Kaké s’est dit étonné que ça soit une surprise pour les guinéens de savoir que cette convention était biaisée pour la simple raison que, la passation des marchés de gré à gré, les privilèges accordés à des « clans ou à des amis du Président», constituent la règle de la gouvernance d’Alpha Condé. « Ce sont les marchés qui sont octroyés dans les règles de l’art qui sont très rares dans notre pays. Vous avez pris connaissance de l’étude de la Banque mondiale  et du FMI par rapport à la passation des marchés où plus de 80% sont passés sans le moindre respect des règles », a dit l’opposant.

Le président du FND se pose la question de savoir qu’est-ce que les guinéens peuvent faire pour voir de manière plus claire ce qui est dans cette affaire Bolloré et pour pouvoir, dit-il, privilégier et protéger l’intérêt des guinéens. « Ce n’est pas pour dire que la convention s’est faite dans les règles de l’art. Le président Alpha Condé a été, on ne peut plus clair, quand il dit : j’ai donné la convention à Bolloré, je privilégie les amis. Dès que vous le dites, ça veut dire que vous ne respectez pas la loi », insiste-t-il.

Pour lui, le véritable problème est de savoir si les guinéens pourront rentrer dans leurs droits par rapport à ce contrat. « C’est notre droit qui a été confisqué par le simple fait que Bolloré a été l’ami du président de la République. »

Pour enfoncer le clou, l’ancien ministre a ajouté qu’à travers ses voyages à Abidjan et à Dakar, il a constaté que la consignation et la manutention coûtent la moitié de ce que les gens payent à Conakry. « J’ai même suivi une intervention au cours d’une émission à la télévision française où on a dit que le port de Conakry rapporte à Bolloré 40 millions d’euros par an et que toutes les charges de Bolloré ne dépassent pas 10 millions. Si c’est vrai, ce que c’est un contrat léonin. Bolloré s’est réservé la part du lion, ce qui est très vicieux », a-t-il dénoncé.

L’autre information donnée par l’opposant, est que Bolloré s’est engagé à investir 500 millions d’euros en 25 ans, soit 20 millions par an. L’Etat guinéen lui aurait signé une garantie qui a atterri dans une banque où Bolloré est aussi actionnaire. « Cette banque lui a accordé par rapport à cette garantie des crédits qui sont investis dans d’autres pays. Voilà autant de questions pour lesquelles nous avons besoin de réponse », a-t-il dit.

Pour lui, dans ce dossier, il ne faut pas s’attendre à grand-chose parce que les guinéens ne peuvent pas mettre la pression jusqu’à ce qu’ils puissent avoir quelque chose de clair dans le contrat. « On pense que la Guinée appartient à monsieur Alpha Condé comme si c’est un bien privé. Sinon, ça c’est un scandale quand un président dit qu’il privilégie les amis dans l’argent de la Guinée. Il peut les privilégier dans son argent à lui ; mais, pas dans le bien commun », estime-t-il, précisant que les guinéens s’agitent ; mais, n’agissent pas.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin