Quand est-ce que la Guinée trouvera une solution à la crise post-électorale que vit le pays, et surtout comment y parvenir ? Ces questions restent pour l’heure entières. La mouvance et l’opposition campent chacune sur sa position au sujet du contentieux électoral né de l’annulation de plusieurs suffrages favorables aux opposants. Face à cette situation qui perdure et dont l’issue reste encore incertaine, le mouvement républicain qui a aussi pris part aux élections locales du 04 février 2018, préconise le respect de la loi, a appris Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Le mouvement républicain (MR) est l’une des structures qui ont présenté des listes de candidatures indépendantes aux des élections locales du 04 février 2018. Le mouvement avait présenté une liste à la commune de Matoto (Conakry) et une autre à Fria. S’il n’a pas réussi à avoir un conseiller à la mairie de Matoto, le MR a obtenu 4 sièges à la mairie de Fria. Ce qui réjouit les responsables du mouvement qui tirent des leçons positives de leur première participation à un scrutin. C’est pourquoi, ils ont organisé un banquet ce mardi, 1er mai 2018 à Conakry à l’honneur de toutes les personnes qui les ont soutenus pendant ce processus électoral. Une façon pour eux d’exprimer leur reconnaissance aux efforts fournis par les uns et les autres pour les accompagner.

« C’était notre première expérience électorale, nous avons bénéficié d’un appui inestimable de la part non seulement des citoyens mais aussi de personnes de bonne volonté qui nous ont accompagnés, sachant bien qu’on n’avait pas d’argent à distribuer, même si on en avait d’ailleurs on ne l’aurait pas fait puisque c’est contraire à notre vision. Donc, nous avons organisé ce banquet-là, c’est pour montrer notre reconnaissance à l’endroit de ceux qui nous ont accompagnés et qui nous ont soutenus. Donc, c’est pour cela que nous avons invité les gens à venir prendre un verre et partager un petit repas avec nous », a indiqué Alpha Oumar Taran Diallo, coordinateur du mouvement républicain.

Cette rencontre a regroupé plusieurs membres du MR à Conakry et à Fria, et différents acteurs qui ont apporté un soutien au mouvement. L’occasion d’échanger autour du déroulement des élections locales, de la participation du MR au processus et de la vision du mouvement. Interrogé par la presse sur la crise qui sévit dans notre pays au lendemain de ces élections locales, Alpha Oumar Taran Diallo a donné la position du MR par rapport à cette crise post-électorale : « Nous  voulons que la loi soit respectée en Guinée, on a pris l’habitude de violer la loi de façon impunie. Ce qui est plus grave d’ailleurs, c’est que lors de ces élections-là, c’est les magistrats, ceux-là même qui auraient dû se porter garants du respect de la loi, ce sont eux qui ont violé la loi. Nous ne pouvons pas comprendre qu’un suffrage sacré, parce que la voix du peuple est sacrée, nous ne pouvons pas comprendre comment on peut mettre de côté ces voix, parce que c’est ce qui s’est passé.

Quand vous prenez la commune de Matoto, il y a eu 92 bureaux de vote annulés, dans la commune de Matam, il y a plus de 80 bureaux de vote annulés, vous prenez la commune de Dixinn, 72 bureaux de vote annulés, pour quelles raisons ? Il n’y a aucune raison qui puisse justifier cela aux yeux de la loi. Nous considérons que c’est une violation flagrante de la loi et normalement, les citoyens devraient rentrer en possession de leur droit, c’est-à-dire qu’on devait prendre en compte leurs voix. Je pense que c’est la seule issue favorable pour résoudre le problème face auquel nous nous trouvons actuellement », a-t-il dit.

En ce qui concerne la menace de l’opposition républicaine de reprendre les manifestations de rue à partir de la semaine prochaine pour exiger la restitution de ses suffrages qui ont été annulés par les présidents des CACV, le coordinateur du MR a rappelé tout simplement que « les manifestations sont prescrites par la constitution guinéenne, quiconque veut faire valoir ses droits définis dans la constitution, je pense que c’est une position à respecter et à protéger ».

A rappeler que le MR est un mouvement de jeunes, composé de partis politiques et d’organisations de la société civile. Il entend notamment contribuer à changer la façon de faire la politique en Guinée, en mettant l’intérêt de la Guinée et des guinéens avant toute autre considération.

Alpha Fafaya Diallo pour Guineematin.com

Tel. 628124362

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin