Des jeunes  venus de la commune urbaine de Labé pour danser ont été attaqués à l’aide d’armes blanches dans la préfecture de Pita où les victimes ont été dépouillées de leurs biens constitués surtout de téléphones et d’argent, rapporte un correspondant de Guineematin.com dans la région.

Selon l’une des victimes, Thierno Mouctar, les assaillants dont le nombre est estimé à près de 30 personnes ont tendu un piège aux jeunes venant de Labé.

« Nous avons trouvé quelqu’un coucher à plat ventre au beau milieu de la route. Quand nous nous sommes arrêtés pour savoir ce qui n’allait pas, près de 30 jeunes sont sortis de la brousse pour nous attaquer. Malheureusement, il n’y a avait plus de circulation » a-t-il expliqué au micro de Guineematin.com dans la journée du mardi, 1ermai 2018.

Les présumés bandits ont réussi à dépouiller les victimes de leurs téléphones portables avant de blesser certaines d’entre elles.

«Ils ont prit nos téléphones, de l’argent aux maximum 250000FG ils étaient tous en possession d’armes blanches. Ils m’ont blessé au niveau de l’oreille et de la main avant de fuir pour se refugié dans leurs bases» a laissé entendre Thierno Souleymane.

Selon nos sources, les victimes se sont rendues aussitôt à la gendarmerie pour formuler une plainte, mais les plaignants auraient été rejetés par les agents de sécurité.

«Le lendemain, je suis parti à la gendarmerie pour porter plainte, le commandant m’a fait savoir qu’il a fait 9 ans à Pita, mais qu’il ne connaissait pas mon agresseur du nom de Wolobok. Tout le monde a peur de lui à pita, parce que même ceux qui nous accompagnaient nous ont dit de suivre une autre route par peur qu’il se venge d’eux pour complicité.»

Par contre, le commandant de la Compagnie de la Gendarmerie Territoriale de Pita a confié au téléphone de Guineematin.com n’avoir reçu aucune plainte des victimes.

De Labé, Mamadou Ciré Seck pour Guineematin.com

Contact : (00224) 620 938 585

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin