Un présumé arnaqueur du nom de Mamadou Aliou Diallo, conducteur de mototaxi est en détention préventive à la Compagnie de la Gendarmerie Territoriale de Labé, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

Selon le plaignant, Ismaëla Baldé, gérant d’une boutique de transfert d’argent au chef-lieu de la commune rurale de Sannoun, dans la préfecture de Labé, l’accusé Mamadou Aliou Diallo s’est présenté à lui pour dire que son ami veut lui envoyer de l’argent via un réseau de téléphonie mobile couvrant la localité.

« A 20 heures, j’ai reçu le message. Mais, j’ai consulté mon solde, je n’ai rien trouvé. Après plusieurs vérifications, je me suis rendu compte qu’il s’agit d’un faux message rédigé par l’expéditeur» explique la victime de cette tentative d’arnaque qui a saisi la gendarmerie territoriale de Labé, le lendemain matin.

C’est lorsque les agents ont pris position aux alentours de sa boutique que le sieur Ismaël Baldé a astucieusement entrainé l’accusé dans le piège.

Mais, quand il a été arrêté, le présumé arnaqueur a crié en cherchant à faire croire à la population qu’il est victime d’un cas de kidnapping. C’est difficilement que la gendarmerie a réussi à l’extraire de là. « Nous avons été à Sannoun procéder à l’interpellation de l’accusé. C’est entretemps qu’il a crié au secours, faisant croire à la population que ce sont des bandits qui sont venus l’arrêter. Aussitôt, ils nous ont pourchassés, jusqu’à ce que j’ai eu à tomber, ils ont jeté des pierres. Je m’en suis tiré avec beaucoup de blessures à plusieurs endroits de mon corps » explique le chef de mission, Adjudant-Chef Mamadou Saliou.

Cet incident a révolté le commandant de Compagnie de la Gendarmerie Territoriale de Labé, Saïdou Tanou Diallo.

« Nous ne sommes pas là pour accuser quelqu’un. Nous sommes des officiers de police judiciaire chargés de rechercher les crimes, les délits et les contraventions, d’en rassembler les preuves et de livrer les auteurs aux tribunaux chargés de les punir. Nous ne sommes donc pas des juges. Que la population nous laisse donc faire notre travail. S’ils constatent que ce que nous sommes en train de faire est contraire à la loi, ils peuvent porter plainte auprès de nos chefs. Mais, d’ici là qu’ils nous laissent travailler » a martelé le commandant de la gendarmerie.

De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin