Conakry : la sécurité routière va en guerre contre les arrêts gênants des gros porteurs

Devant les multiples embouteillages enregistrés à Conakry, surtout au niveau du Port Autonome de Conakry, la sécurité routière décide de prendre le taureau par les cornes. De nouvelles mesures pour la circulation des gros porteurs ont été prises ce jeudi, 3 mai 2018 par direction nationale de la sécurité routière, a appris Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Des responsables de la sécurité routière, de la douane, du port autonome, de Bolloré, du syndicat des transporteurs, et autres intervenants dans le secteur des transports se sont retrouvés au siège du ministère de la sécurité. Ils se sont penchés sur les mesures à prendre pour faire face  aux énormes embouteillages constatés dans la capitale guinéenne.

La rencontre a été présidée par le directeur national de la sécurité routière, Hamidou Babacar Sarr. Selon lui, il y a « au sortir de cette réunion, il a été retenu qu’il sera formellement interdit, pour les camions, les stationnements prolongés le long des routes. Les contrevenants seront soumis au payement d’une amende. Pour la gestion des bons au niveau d port, il a été retenu que Bolloré va mettre en œuvre un autre mécanisme pour leur délivrance. S’il faut délivrer 300 bons par jour, 25 camions à la fois qui doivent rentrer au port, ça va créer des bouchons à la rentrée du port sachant qu’il n’y a qu’une seule entrée. S’il faut que tous ces camions se retrouvent à Kaloum alors qu’il n’y a que deux routes, on va tout le temps assister aux bouchons ».

Par ailleurs, monsieur Sarr a fait remarquer qu’en 2011, « il y avait 60 à 80 camions qui sortaient du parc à conteneurs. De nos jours, nous sommes entre 250 et 300 camions. C’est une avancée et il y a lieu d revoir de nos méthodes. C’est pourquoi, il faut retenir qu’on a échangé sur l’heure de l’ouverture du port et le mécanisme à mettre par rapport au scanner. Il a été entendu qu’il faut encore ouvrir le port à partir de 7 heures  pour permettre aux véhicules d’accéder au parc conteneur ».

Le directeur dira qu’un comité de veille de veille sera mis sur place pour le suivi des nouvelles mesures.

Pour Ousmane Fadiga, le chef du service de contrôle des opérations portuaires au Port Autonome de Conakry, « le syndicat des transporteurs et les transitaires sont majoritairement responsables des difficultés du port. Les syndicats  ont eux-mêmes leurs propres camions qui desservent le port conventionnel. C’est des camions qui ne sont pas programmés à la descente. Chacun veut privilégier son camion et ça descend de façon anarchique. Ensuite, il y a les camions export gérés par les transitaires qui se présentent au port tous les jours entre 6heures et 6h 30. Mais, les transitaires retardent avant de venir », a laissé entendre monsieur Fadiga.

Les transitaires qui sont mis en cause par certains intervenants ont brillé par leur absence. Hamidou Babacar Sarr a promis de les mettre au courant des nouvelles mesures prises pour réglementer la circulation des gros porteurs.

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tel 628 17 9 17  

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS