Journée mondiale de la liberté de la presse : Alpha Condé sermonne les journalistes

Comme annoncé précédemment, le président Alpha Condé a pris part à la célébration de la journée mondiale de la liberté de la presse ce jeudi, 03 mai 2018 à la maison de la presse de Conakry. A cette occasion, le chef de l’Etat s’en est pris aux journalistes guinéens, les accusant de ternir l’image de la Guinée sur au niveau international, a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters.

C’est une première pour le président de la République, Alpha Condé, de prendre part à la célébration de la journée mondiale de la liberté de la presse en Guinée. Et cette attitude, les hommes de médias guinéens mobilisés à la maison de la presse de Conakry l’ont bien appréciée dans un premier temps. Les présidents d’associations de presse en ont profité aussi pour présenter des doléances au chef de l’Etat, allant dans le sens de l’amélioration des conditions de vie et de travail des journalistes guinéens.

Mais, ce fut visiblement une erreur de leur part. Car, Alpha Condé n’est pas venu pour fêter avec eux encore moins pour écouter leurs doléances. Il est venu plutôt pour leur réitérer sa désapprobation de leur façon de travailler, tout en se basant sur le récent rapport de Reporters Sans Frontières sur la liberté de la presse dans le monde. Rapport classant la Guinée 104ème sur 180 pays au monde. Un classement étonnant selon Alpha Condé.

« C’est étonnant que la Guinée soit classée 104ème  quand des pays africains dits démocratiques sont mieux classés. Des pays où les journalistes sont arrêtés pour injures au chef de l’Etat, ils sont arrêtés et emprisonnés.  Je pense que vous ne contribuez à  améliorer l’image de la Guinée. Vous êtes responsables de cela. Vous discréditez l’image du pays. Tout les progrès qu’on a faits depuis 2011 sont passés sous silence. Comme si on était le pays où on vous maltraitait. Aucun journaliste n’a été arrêté par le gouvernement, encore moins n’a été tué.

 Et pourtant, dans les pays voisins, je vois aujourd’hui la Mauritanie, les journalistes sont arrêtés. Pourtant ils sont 54ème, et nous sommes 104ème parce que vous présentez une image de la Guinée qui ne correspond pas à la réalité. Tous les progrès qui ont été faits, vous n’en faites pas allusion. Alors, comment voulez-vous qu’on vous appuie quand vous faites en sorte que tous les efforts qui ont été faits pour la liberté de la presse sont tus ».

Alpha Condé poursuit son sermon avec plein d’interrogations : « Dès qu’un gendarme touche un journaliste, vous en faites tout un tapage. Par contre tout ce qui a été fait comme progrès, vous ne communiquez pas. Quand vous devez interpeller Reporters Sans Frontières pour dire voilà ce qui a été fait depuis 2011 ? Comment la Guinée peut être classée 104ème pays ? Je prends l’exemple sur la Côte d’Ivoire combien de journalistes ont été arrêtés pour outrage au chef de l’Etat ? Est-ce que moi, j’ai fait ça ici ? C’est vous qui êtes responsables de cette image de la Guinée qu’on donne à Reporters Sans Frontières parce que c’est votre domaine. Mais, tous les efforts qu’on faits c’est zéro parce que vous continuez à donner une image qui n’a rien à voir avec la réalité.

Si Reporters Sans Frontières se permet de dire ça, c’est parce que vous n’avez rien fait pour montrer tout ce qui a été fait dans le domaine de la liberté de la presse en Guinée. Donc, il ne faut pas fuir votre responsabilité RSF n’est pour rien, c’est vous qui donnez les informations à RSF. Vous m’insultez dans les radios, est-ce que j’ai poursuivi quelqu’un ? Dans quel pays on peut oser faire ça ? Est-ce qu’un journaliste peut insulter Macky Sall à la radio? Ici, vous voyez ça tous les jours ? Alors qui a donné cette image de la Guinée ? RSF n’est pas en Guinée », a dit le président Condé, qui soutient qu’il ne répondra pas aux doléances des hommes de médias tant que ces derniers ne répondront pas à ses questions.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tel. 622680041

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS