La sortie médiatique du président Alpha Condé à l’occasion de la célébration de la journée mondiale de la liberté de la presse le jeudi, 03 mai dernier, n’a pas laissé indifférent Christophe Deloire, secrétaire général de Reporters Sans Frontières. Ce dernier a réagi aux propos du chef de l’Etat guinéen, qui dit ne pas comprendre comment la Guinée peut se retrouver loin derrière dans ce classement, malgré les progrès réalisés en matière de liberté de la presse depuis son accession au pouvoir.

Si le président de la République, Alpha Condé, a tenu à être à la maison de la presse de Conakry le jeudi, 03 mai 2018, ce n’était pas seulement pour célébrer la journée mondiale de la liberté de la presse aux côtés des hommes de médias de son pays. C’était surtout pour dénoncer le travail des journalistes guinéens qui, selon lui, contribuent à ternir l’image de la Guinée sur le plan internationale.

Le chef de l’Etat guinéen s’est focalisé sur le dernier classement de Reporters Sans Frontières, dans lequel la Guinée se retrouve au 104ème rang sur 180 pays évalués en matière de liberté de la presse. Un classement loin de refléter la réalité sur le terrain aux yeux du Professeur Alpha Condé. Ce dernier s’est même montré en colère contre les journalistes guinéens qu’il accuse de donner une mauvaise image du pays, et qu’il tient pour responsables de ce mauvais classement de la Guinée.

Suite à cette sortie du numéro1 guinéen, Christophe Deloire, le secrétaire général de Reporters Sans Frontières a réagi sur Twitter. Même s’il n’apporte pas de réponse à la question d’Alpha Condé de savoir, qu’est-ce qui a prévalu à ce mauvais classement de la Guinée, le responsable de RSF donne des pistes de solution aux autorités guinéennes pour inverser cette tendance à l’avenir.

« Pour que la Guinée figure dès 2019 à une meilleure place au Classement mondial de la liberté de la presse, il revient aux autorités du pays de mettre en place un cadre politique et administratif propice au développement d’un journalisme de qualité libre et indépendant », a dit Christophe Deloire.

Pour monter que le travail de Reporters Sans Frontières se fait sur la base de l’objectivité, Christophe Deloire fait un petit rappel dans un autre tweet : « En novembre 2017, j’avais remercié le président de #Guinee Alpha Condé pour la promulgation des lois sur la liberté de la presse et la HAC en 2010 et lui avais demandé d’éviter tous propos relevant de l’intimidation contre les journalistes », a-t-il souligné.à

Alpha Fafaya Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin