Alhousseiny Makanera Kaké, porte-parole de l’opposition

A la fin de la journée de ce lundi, 14 mai 2018, décrétée « ville morte » par l’opposition guinéenne, un reporter de Guineematin.com a rencontré monsieur Alhousseiny Makanera Kaké, ancien ministre de la communication d’Alpha Condé, devenu porte-parole de l’opposition. Au cours de leur entretien, monsieur Makanera Kaké s’est félicité de la « réussite » de la journée ville morte et annoncé l’intensification des manifestations pendant même le mois de Ramadan.

Décryptage !

Guineematin.com : l’opposition républicaine a appelé à une journée ville morte ce lundi. Quel bilan vous tirez de cette journée ?

Alhousseny Makanera Kaké : à l’heure où nous sommes, d’après les informations dont nous disposons, il n’y a pas eu 30% du commerce qui a fonctionné, il n y a pas eu 40% du transport et le service a été complètement paralysé. Ce qui prouve à suffisance aujourd’hui que la population de la Guinée en général et particulièrement nos militants et responsables partagent les valeurs que nous sommes en train de défendre. Il est important de préciser que tous ceux qui ont observé ne sont pas forcément de l’opposition, des militants ou responsables. Mais, on a appelé à une journée ville morte et on a demandé à tout le peuple de Guinée, sinon à tous ceux qui sont épris de justice et de paix ; et, nous avons compris que le peuple a besoin vraiment d’un changement qualitatif et quantitatif de la manière dont les guinéens sont en train d’être gérés.

Guineematin.com : monsieur Kaké, vous semblez affirmer que le mot d’ordre de ville morte a été suffisamment respecté. Mais, on était sur le terrain, pratiquement, les gens n’ont pas respecté le mot d’ordre puisque les boutiques et magasins étaient ouverts même à certains endroit sur la route Le Prince ?

Alhousseny Makanera Kaké : je ne sais pas si vous m’avez compris. Je n’ai pas dit 100%, je dis 30% ; cela veut dire que ça a fonctionné. Et puis, si on fait 100%, ce n’est plus la démocratie parce que Dieu même n’a pas fait l’unanimité. Si nous nous espérons à faire de l’unanimité, ce n’est même pas à la soviétique parce que même à la soviétique on dit 99%.

Guineematin.com : monsieur le ministre, à quoi peut-on s’attendre dans les jours à venir ? Allez-vous organiser des manifestations même pendant le mois de Ramadan ?

Alhousseny Makanera Kaké : sachez que nous allons renforcer et prendre toutes les dispositions et organiser des manifestations qui vont amener ici la population à exiger de ce gouvernement qu’il fasse respecter la volonté du peuple de Guinée. Vous savez, quand on parle de Ramadan, on parle de l’islam. Et, lorsque vous prenez l’islam, la référence, c’est le Prophète Paix et salut de Dieu sur lui, la source d’inspiration, c’est le Coran. Je vous apprends qu’en 630, la première grande bataille qui a été gagnée par les musulmans, c’était au mois de Ramadan : la conquête de la Mecque. Là où tous les musulmans doivent aller au moins une fois, elle a été conquise pendant le mois de Ramadan, en 630 (ndlr : le dixième jour du mois de Ramadan). Quand vous entreprenez de bonnes œuvres pendant le Ramadan, vous avez beaucoup de chance, du soutien de Dieu que les autres jours du mois. C’est pourquoi, nous estimons que nous sommes en train de nous battre pour une cause juste ; et, pendant cette période de Ramadan, on a plus de chance d’être soutenu par Dieu et d’être entendu par Dieu.

Guineematin.com : vous ne pensez pas que les citoyens sont éprouvés par ces manifestations intempestives ?

Alhousseny Makanera Kaké : oui ! Mais, le citoyen est beaucoup plus éprouvé par l’injustice. La Guinée ne mérite pas cette situation. Au lieu de voir les conséquences, il faut voir la cause. Pourquoi la population est éprouvée ? C’est parce que nous sommes mal gérés, parce qu’il y a de l’injustice, parce qu’il y a un petit clan qui s’accapare de toute la richesse du pays, même les voix des gens exprimées dans les urnes. C’est pourquoi, il y a des problèmes ; et, pour changer, il faut des sacrifices, c’est cet esprit de sacrifice que nous demandons à tous les guinéens.

Guineematin.com : le RPG arc-en-ciel a demandé au ministère de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation (MATD) de procéder à la mise en place des exécutifs dans les communes où il n’y a pas eu de contentieux électoraux. Qu’est-ce que vous pensez de cette demande, vous de l’opposition ?

Alhousseny Makanera Kaké : je pense que ça c’est une provocation parce qu’on ne peut pas avoir dans un même pays des maires qui ont des mandats différents ! Vous avez un maire de Boké qui a son mandat, un maire de Matam qui a un autre mandat, ce n’est pas possible. Il faut évacuer la question qui se pose. Mais, lorsqu’on dit qu’il faut installer certains, ce qui veut dire que les autres ne seront jamais installés. Et, c’est pourquoi, nous nous opposons vigoureusement à cette demande. Nous estimons même que c’est une provocation ; pas pour nous, mais pour ceux qui ont été élus, pour lesquels on a modifié et annulé les procès-verbaux.

Guineematin.com : un dernier mot ?

Alhousseny Makanera Kaké : je voudrai saluer et féliciter tous ceux qui ont observé ce mot d’ordre de ville morte et même ceux qui n’ont pas observé pour leur faire comprendre que notre combat est un combat pour la justice, c’est un combat pour la démocratie. Ce que nous menons aujourd’hui, c’est de faire en sorte que notre pays soit un pays émergeant en peu de temps. Cela ne peut se faire que dans la paix ; et, il n’y a pas de paix sans justice. Donc, nous demandons à tous les guinéens de se battre pour des valeurs et non pas pour un parti politique, non pas pour une ethnie, non pas pour un homme. Nous devons tous nous battre pour des valeurs : la justice, la bonne gouvernance, l’entraide, la lutte pour le respect des droits humains. Voilà les valeurs pour lesquelles nous devons nous battre.

Propos recueillis et décryptés par Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin