Depuis les affrontements entre guinéens et maliens qui ont fait deux morts, une centaine de blessés et d’importants dégâts matériels le dimanche 06 mai 2018 à Kourémalé, les relations ne sont plus en odeur de sainteté entre les communautés vivant des deux côtés de la frontière guinéo-malienne. Un nouvel affrontement a failli même éclater hier mardi, 15 mai 2018, rapporte le correspondant de Guineematin.com à Siguiri.

Au lendemain des violents affrontements survenus le dimanche 06 mai 2018 à Kourémalé à la frontière guinéo-malienne, plusieurs autorités guinéennes et maliennes y compris le ministre guinéen de l’administration du territoire et de la décentralisation, le général Bouréma Condé, se sont rendues dans la localité pour sensibiliser les deux communautés au maintien de la paix et du vivre ensemble. Ces sensibilisations ont permis de débloquer la frontière, mais pas de réconcilier totalement les citoyens guinéens et maliens.

Selon le président des conducteurs de taxi-motos de Kourémalé côté guinéen, depuis ces affrontements, les maliens n’acceptent plus que les conducteurs de taxi-motos guinéens franchissent la frontière pour se retrouver dans la partie malienne. Et c’est dans ces conditions qu’un affrontement a failli éclater hier mardi entre des conducteurs de taxi-motos guinéens et des citoyens maliens.

« Avant cette crise, tout allait bien entre nous, on prenait des gens du côté guinéen pour les déposer dans la partie malienne. Mais depuis cette crise, les citoyens maliens n’acceptent plus nos conducteurs chez eux, ils ont saisi 5 motos appartenant à des guinéens. Ce ne sont pas des autorités qui l’ont fait mais des citoyens maliens.

Je pensais que la crise était finie après le passage des deux délégations, mais je trouve que ce n’est pas le cas. Aujourd’hui encore, les mêmes citoyens ont chassé nos conducteurs de taxi-motos et la situation a failli dégénérer encore. N’eût été l’intervention à temps de la sécurité, on aurait assisté à un nouvel affrontement », témoigne le conducteur de taxi-moto.

Interrogé par Guineematin.com, le président du district de Kourémalé Badamakö Adama Keita, a confirmé cette information. « Officiellement, il n’y a eu d’interdiction, mais depuis la fin de cette crise, mes citoyens m’informent que les maliens disent qu’ils ne veulent pas voir un conducteur de taxi moto guinéen chez eux, également le bureau des motos taxis me parle de la saisie de leurs motos du côté malien. Pour le cas d’aujourd’hui (l’affrontement qui a failli éclater entre guinéens et maliens), j’ai même reproché les citoyens guinéens, j’ai leur ai demandé de rester chez eux ».

Pour l’heure, aucune autorité ne s’est impliquée dans ce conflit opposant les conducteurs de taxi-motos guinéens à des citoyens maliens. Conflit qui, s’il n’est pas vite jugulé, risque de provoquer de nouveaux affrontements à la frontière entre la Guinée et Mali.

De Siguiri, Bérété Lancéï Condé pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin