Comme annoncé précédemment, le SLECG version Aboubacar Soumah a tenu une assemblée générale extraordinaire dans l’après-midi de ce mardi, 15 mai 2018 à Conakry. La rencontre a connu la présence d’un imam, venu aider les enseignants à implorer la grâce divine pour faire entendre leur revendication, relative à l’obtention d’un salaire de 8 millions de francs par mois, a constaté un reporter de Guineematin.com qui était sur place.

A l’ordre du jour de cette assemblée générale du SLECG version Aboubacar Soumah, il y avait deux points essentiels. Le congrès prévu demain par l’autre faction du SLECG dirigée par Dr Souleymane Sy Savané et les négociations sur les 8 millions de francs de salaire mensuel par enseignant réclamés par le syndicat. Aboubacar Soumah le secrétaire général de cette branche du syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée, a expliqué devant les enseignants présents, que ces négociations se sont ouvertes mais se trouvent encore à l’étape de la satisfaction des préalables posés par son camp.

Selon lui, le temps passe et les négociations proprement dites tardent toujours à démarrer. Ce qui démontre déjà aux yeux des enseignants, un manque de volonté de faire face à leur revendication. C’est pourquoi, Aboubacar Soumah a appelé les enseignants à plus de mobilisation et de détermination pour défendre leurs intérêts.

« Soyons unis et résistons aux pressions parce que c’est ce que je vais vous dire, c’est que le combat pour les millions est plus ardu que celui pour les 40%. Nous, c’est que nous réclamons, ce sont nos droits, c’est l’amélioration des conditions de vie des travailleurs, nous ne pouvons plus être les éternels résignés. Chaque fois qu’on demande quelque chose, on dit que le budget ne peut pas supporter, chaque année, on dit que le budget ne peut pas supporter alors que c’est faux. La Guinée n’a pas jamais été riche comme depuis 2010, toutes les sociétés minières sont ouvertes maintenant en Guinée, la téléphonie, le port, les impôts…

Toutes ces recettes-là permettent aujourd’hui, s’il y a la volonté, de payer tous les travailleurs guinéens, pas seulement les enseignants, à plus de 15 millions de francs par travailleur. Ils croient que nous ne voyons pas la vérité, nous avons dit lu le budget, ils n’ont qu’à tout nous dire, nous savons qu’il y a de l’argent dans le budget qui permet de payer les 8 millions que nous réclamons. Aucun argument ne peut nous dérouter de notre ligne-là, donc nous ne sommes pas prêts à abandonner nos 8 millions quel que soit le prix », a déclaré le leader des deux dernières grèves des enseignants guinéens.

Et pour faire entendre justement leur revendication, les syndicalistes font aussi recours à Dieu en plus de la détermination qu’ils ont. Ils ont invité un imam à cette assemblée générale pour les aider dans ce sens. Le leader religieux a récité la Fatiha avec l’ensemble des enseignants présents à la rencontre et fait des prières en faveur de la satisfaction de cette revendication. Ils ont également récité la Fatiha contre les traîtres, c’est-à-dire tout enseignant qui, au nom de quel que intérêt ou de quelle que considération que ce soit, se soustrait de ce combat.

Alpha Fafaya Diallo pour Guineematin.com

Tel. 628124362

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin