Incendie du marché d’Entag : le GOHA fait le point et annonce une plainte

Au lendemain de l’incendie survenu hier, jeudi 17 mai 2018, au marché d’Entag, le groupe organisé des hommes d’affaires (GOHA) s’est prononcé sur ce drame ce vendredi. L’organisation qui défend les intérêts des commerçants, a déploré cet autre incendie qui a causé d’importants dégâts matériels, et annoncé une procédure judiciaire visant le dédommagement des victimes, a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Pour ce point de presse qui intervient au lendemain de l’incendie qui a frappé le marché d’Entag dans la commune de Matoto, le président du groupe organisé des hommes d’affaires était accompagné du secrétaire général du GOHA, du président de la section GOHA de Matoto et de certains commerçants victimes. Il est revenu d’abord au président de la section GOHA de Matoto de parler des circonstances de l’incendie.

Alhassane Barry

« Le feu a commencé dans la Boutique numéro 125. Le commerçant est venu ouvrir sa Boutique, il s’est heurté au feu. C’est une Boutique qui est en plein cœur du marché, donc le feu s’est vite propagé. Nous avons été aussitôt alertés par les commerçants, à notre tour on a contacté toutes les autorités, les autorités communales entre autres. Nous avons eu le secours de la protection civile, les sapeurs-pompiers ont été vraiment représentés sur le terrain et ils n’ont ménagé aucun effort pour venir à bout du feu. Mais hélas, il y a eu assez de dégâts. Mais disons que le pire a été évité parce qu’il n’y a pas eu de pertes en vies humaines, il y a pas eu de blessés graves, et le feu n’a pas touché tout le marché. N’eût été l’intervention des uns et des autres, tout le marché d’Entag allait brûler », a expliqué Alhassane Barry, qui déplore « 26 Boutiques consumées, 65 conteneurs et 34 tables. Ce qui fait 125 victimes. Nous disons une fois de plus que c’est un court-circuit qui est à l’origine de cet incendie. Donc, il faut interpeller l’Etat à travers l’EDG ».

Après le président de la section GOHA de Matoto, le président de l’organisation a pris la parole pour d’abord remercier les responsables et les membres de la section GOHA de Matoto, pour le travail qu’ils ont abattu à l’occasion de cet incendie pour éviter une situation chaotique au marché d’Entag.

Chérif Mohamed Abdallah a ensuite déploré les incendies répétitifs ces derniers temps à Conakry, et invité les commerçants à plus de vigilance : « Nous déplorons ce qui se passe. En l’espace de trois mois, nous avons enregistré trois incendies dans trois marchés de Conakry, c’est vraiment trop ça, on ne sait pas réellement ce qui se passe. Il faudrait que les commerçants eux-mêmes fassent des enquêtes désormais, il ne faut plus laisser les enquêtes dans les mains des autorités seulement, les commerçants doivent faire des enquêtes réelles pour comprendre quels sont les problèmes sur le terrain. Parce qu’il y a eu des rumeurs par le passé, il y a eu des menaces, et les marchés continuent à prendre feu. Le marché de Kaporo-Rails a pris feu, on ne sait pas encore qu’est-ce qui est à l’origine de l’incendie, le marché de Madina aussi a pris feu, là aussi le flou reste encore entier. Très malheureusement, on ne sait pas jusqu’à présent qu’est-ce qui a brûlé Madina. Pour ce qui du marché d’Entag, il s’agit d’un court-circuit, et cela est imputable à l’EDG » a dit le numéro 1 du GOHA.

Chérif Mohamed Abdallah, président du GOHA

Chérif Mohamed Abdallah rappelle que les incendies ne sont pas les seuls dangers auxquels font face les opérateurs économiques guinéens. Il y a également selon lui, l’insécurité sur laquelle il attire l’attention des autorités : « En l’espace de moins de 6 mois, nous avons enregistré deux cas de mort suite à des kidnappings.

Et, auparavant, il y a eu une douzaine de kidnappings qui ont conduit à des paiements de rançons pour que les personnes prises en otage soient libérées. Aucun opérateur économique n’est rassuré à l’heure actuelle dans ce pays, tout le monde est inquiet, il ne faut pas faire de la démagogie là-dessus. Donc, nous attirons l’attention des autorités par rapport à cette situation », a-t-il lancé.

Suite à certains incendies enregistrés auparavant, le GOHA avait mené des démarches pour obtenir des fonds afin de reconstruire les commerces touchés et aider leurs propriétaires à reprendre l’activité. Mais cette fois, le président du GOHA précise que c’est une procédure judiciaire qui sera menée pour obtenir le dédommagement des victimes.

« Cette fois-ci, nous demandons aux victimes de préparer une plainte qu’on va déposer au niveau de la justice. Des procédures judiciaires seront engagées pour que ces opérateurs économiques soient dédommagés. Et je vous dis que les commerçants-là seront dédommagés, de gré ou de force, ils seront dédommagés », a promis Chérif Mohamed Abdallah.

Alpha Fafaya Diallo pour Guineematin.com

Tel. 628124362

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS