La jeune fille, Fatoumata Bangoura, se plaignait des douleurs abdominales quand elle s’est rendue au centre de santé de Cacia, dans la commune urbaine de Kindia, accompagnée de ses parents. Après consultation, les médecins Saran Mamady Kaba et Oumar Kallo ont décidé de procéder à une intervention chirurgicale. Malheureusement, elle est décédée peu après suite à cette opération.

Ce vendredi, 18 mai 2018, le tribunal de première instance de Kindia a reconnu les deux médecins coupables d’homicide involontaire et les a condamnés à quatre ans de prison avec sursis et à une amende de trois millions cinq cent mille francs guinéen, chacun, rapporte un des correspondants de Guineematin.com à Kindia.

Interrogés par le TPI de Kindia, les deux médecins ont affirmé que c’est la cinquième fois qu’ils font des interventions chirurgicales à des personnes venues dans ce centre pour des douleurs abdominales.

« Le 2 mai, nous avons reçu Fatoumata Bangoura qui se plaignait des douleurs abdominales, accompagné de ses parents. Après consultation, nous avons procédé à une intervention chirurgicale qui a eu des conséquences sur elle. Et, très malheureusement, elle n’a pas survécu. Quelques jours après son opération, elle est décédée », ont expliqué les médecins à la barre.

Concernant le coût de cette intervention chirurgicale, Saran Mamady Kaba et Oumar Kallo ont dit avoir réclamé au parent de Fatoumata Bangoura entre 350 et 450 mille francs guinéens.

Après les débats, le tribunal a reconnu les deux médecins coupables d’homicide involontaire. Par conséquent, ils ont été condamnés à quatre ans de prison avec sursis et une amende trois millions cinq cent mille francs guinéens, chacun. « Pour la répression ils sont condamnés à quatre ans de prison avec sursis et 3 million 5 cent mille francs guinéen par chacun », a notamment déclaré le président du tribunal, monsieur Saidou Diallo.

De Kindia Mamadouba Sylla pour Guineematin.com

Tél. : 623 78 43 73

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin