Le mardi dernier, 15 mai 2018, le ministre d’Etat en charge des transports était à l’Assemblée nationale pour défendre deux projets de loi : l’un portant sur la modification du code de l’aviation civile et l’autre sur l’organisation du transport routier et des intermédiaires du transport.

1 300 véhicules débarquent chaque semaine à Conakry

Après la lecture des rapports et les questions des députés, il est revenu au ministre Oyé Guilavogui d’apporter quelques éclaircissements avant d’annoncer la mise en circulation prochaine des bus, le lancement de la compagnie Guinée Air Line et surtout l’implantation d’une usine de montage de véhicules à Sanoya dans la préfecture de Coyah, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était au parlement.

Parlant de l’âge du parc automobile guinéen, le ministre Oyé Guilavogui estime que celui-ci « est très vieux. Il est devenu la poubelle des véhicules d’Europe », a-t-il lancé, avant d’ajouter : « au minimum, chaque semaine, on reçoit 1 300 véhicules ».

Selon le ministre des Transportes, c’est à cause de cet état de fait que « le Chef de l’Etat a pris un décret de limitation de l’âge des véhicules à 8 ans. Mais, son application a été compliquée sur le terrain. La solution finalement trouvée a été de visiter les véhicules à l’embarcation. Et, l’autre solution trouvée par l’Etat est l’initiation par le Chef de l’Etat d’un montage de véhicules neufs en Guinée, l’emplacement a été identifié. C’est à Sanoya », a annoncé Oyé Guilavogui.

La dernière solution trouvée par le Gouvernement guinéen- selon toujours les affirmations du ministre des transports à l’Assemblée nationale- est la disposition prise par son département de programmer des camions Renault truck avec le soutien des banques pour renouveler les camions-remorques en circulation.

Bientôt, des permis de conduire et cartes grises biométriques en Guinée 

L’autre problème abordé par le ministre est celui des cartes grises et de permis de conduit dont les combines dans l’acquisition ont été vigoureusement dénoncées par les députés.

« Des cartes grises et des permis, nous avons envisagé de lancer désormais des documents biométriques », a promis Oyé Guilavogui.

S’agissant de la situation au niveau de l’aéroport de Conakry, le ministre a dit depuis peu, « les taxes aéroportuaires sont très réduites en Guinée. Mieux, le ciel guinéen est ouvert à une dizaine de compagnies avec un coût du billet sensiblement réduit ».

A ceux qui ont demandé des éclaircissements sur la nouvelle compagnie Air Guinée, le patron des transports a expliqué qu’après l’avoir lancé, « nous nous sommes rendus compte que c’était de vieux appareils qu’on nous a proposés. Nous avons abandonné le projet pour l’intérêt des Guinéens puisque c’était trop risqué ».

Toutefois, après ce changement de cap, des négociations ont été engagées et abouti à la conclusion d’un accord de partenariat avec la compagnie Ethiopian Air lines. « Nous nous sommes tournés vers l’Ethiopie et la question va se régler bientôt avec 3 appareils neufs et prêts dont un Boeing qui va desservir les capitales régionales. Des bus transports offerts par les Turcs, le ministre a souligné que 50 parmi eux sont prêts. Nous étions prêts à leur lancement, mais il y avait des troubles qui ont empêché cela. Quand nous allons les lancer, même vous députés vous garer vos véhicules, puisqu’on fera en sorte qu’à chaque 5 minutes, il y ait un bus ».

Avant de finir le chapelet de questions, Oyé Guilavogui a abordé celle relative à la construction de l’aéroport de Maférinya (ndlr : un projet annoncé depuis le temps du régime Lansana Conté). « Honorable, je m’inscris en faux à cette question selon laquelle il y a pose de la première pierre par notre gouvernement. Il n’y a jamais eu de pose de première pierre. Au contraire, des études de faisabilité plutôt sont terminées pour la réalisation de quatre régionaux ».

C’est donc sans surprise que ces deux projets de loi ont été validés à l’unanimité des députés présents.

Abdallah Baldé pour Guineematin.com

Tél : 628 08 98 45

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin