Le service d’Etat civil de Labé travaille actuellement dans des conditions assez précaires. Il fait face à un manque criard d’équipements qui rend difficile le travail et empêche le service de jouer pleinement son rôle, a constaté sur place, un des correspondants de Guineematin.com basés dans la préfecture.

L’évolution de la technologie a entraîné un changement radical dans la façon de travailler à travers le monde. Mais, à l’Etat civil de Labé, cette évolution technologique ne se fait pas encore ressentir. Le service travaille jusque-là dans des conditions précaires avec un manque d’équipements qui ne dit pas son nom, et peine sérieusement à répondre aux besoins du moment.

Amadou Oury Barry

« Par rapport à l’avancée de la technologie, la logique voudrait à ce les bureaux soient équipés d’ordinateurs pour que le travail soit informatisé. Mais malheureusement, pour tout le service, et avec toutes les tâches administratives (conception d’actes de mariage, de certificats de décès, d’extraits d’actes de naissance), nous n’avons qu’une seule machine mécanique appelée dactylo, ce qui retarde parfois notre travail », témoigne Amadou Oury Barry, officier d’Etat civil de Labé.

Et ce manque d’équipements empêche le service d’Etat civil de Labé de jouer pleinement son rôle sur le terrain. Un rôle pourtant important dans la vie de l’Etat. « À partir du service de l’Etat civil, toutes les activités de développement peuvent se faire. Si vous prenez par exemple un service d’Etat civil bien tenu, on n’a pas besoin d’engloutir des milliards de francs guinéens pour faire une révision de la liste électorale. Il suffit juste de se référer au service de L’Etat civil. Pour les infrastructures scolaires ou sanitaires et les plans d’urbanisation d’une ville, avec le service de L’Etat civil on peut planifier toutes ces activités », a dit Amadou Oury Barry.

L’officier d’Etat civil sollicite donc auprès des autorités, une assistance technique pour le bon fonctionnement de son service.

Depuis Labé, Alpha Boubacar Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin