Ibahima Cissé, féticheur de profession, l’a échappé belle ce samedi 26 mai 2018, au marché Dibida, dans la commune urbaine de Kankan. Ce père de famille a été pris pour un voleur d’enfants. Une foule en colère a voulu le lyncher. Il a fallu l’intervention de la police pour l’extirper des griffes des citoyens, a constaté sur place Guineematin.com, à travers son correspondant dan la région.

C’est une scène inédite qui s’est produite au marché Dibida de Kankan. Le père de famille, du nom d’Ibrahima Cissé, était avec ses deux enfants dans sa voiture. Après avoir laissé les deux enfants dans la voiture, monsieur Cissé est revenu les trouver en pleurs. Une foule s’était déjà massée aux abords du véhicule, soupçonnant un vol d’enfants.

Pour éviter que la foule ne s’en prenne à lui, il a été conduit à la sûreté urbaine de la police de Kankan. Là, après moult discussions, il s’est avéré que les deux garçons étaient bien les siens. N’eut été l’intervention de la police, Ibrahima Cissé aurait pu connaitre une fin de vie atroce en ce mois saint de Ramadan. Déjà, une foule ivre de rage avait prit d’assaut les locaux du post de police, réclamant sa tête.

Selon Ibrahima Cissé, il est venu garer sa voiture dans le marché pour aller chercher du lait en poudre. A son absence, les enfants se sont mis à pleurer. « Quand j’ai garé la voiture, j’ai demandé à un jeune de bien veiller sur elle. Je lui ai dit que mes deux enfants dormaient à l’intérieur. Je suis allé acheter du lait en poudre. A mon retour, j’ai trouvé qu’un jeune est entrain de forcer la portière. Je lui ai demandé ce qu’il y avait. Il m’a répondu que c’est à cause des enfants. Dès que je lui ai dit que ce sont mes enfants, il s’est mis à crier en disant que je suis un voleur de bébés. Les gens sont venus de partout », a-t-il expliqué dans les locaux de la sûreté.

A côté de lui, sa deuxième femme, Hawa Camara mère d’un des deux enfants, confirme qu’Ibrahima Cissé est le père des gosses. « Mon mari et moi sommes sortis ensemble ce matin. Il m’a déposé chez mes parents à Briqueterie, puis il s’est dirigé vers le marché avec les enfants qui dormaient. Peu après, il m’a appelé qu’on l’a attrapé et l’accusé de vol d’enfant. Mais, je ne voulais pas y croire. Puis, il a appelé mon grand frère. Quand on est venu, on a trouvé une immense foule entrain de jeter des pierres. Je leur ai dit d’arrêter, que c’est mon fils et mon mari ».

Abdoulaye Kourouma

Saisie de l’affaire, le sous-préfet de Missaimana, Abdoulaye Kourouma, beau père d’Ibrahima Cissé et homonyme d’un des deux enfants a dit que « c’est juste un incident. Sinon, M. Cissé est mon beau et je suis l’homonyme de son enfant. Mais, nous sommes dans une société bien organisée, les gens ne peuvent pas voir des enfants dans une voiture sans se soucier ».

Ismaël Traoré

Pour sa part, Ismaël Traoré, qui a déclenché l’alerte, après s’être convaincu qu’Ibrahima Cissé n’est pas un voleur, a tenu à s’expliquer. « C’est un monsieur qui m’a alerté que des enfants pleurent dans la voiture. Je suis venu, j’ai forcé et j’ai ouvert la porte de la voiture. Cela a coïncidé à son arrivée. Je lui ai demandé si les enfants sont les siens. Il a dit oui, mais je ne l’ai pas cru. Les gens ont commencé à dire maintenant de bien vérifier. C’est ainsi que nous l’avons conduit à la sureté. Je suis soulagé parce que le pire a été évité. Je confirme qu’Ibrahima Cissé est le père de ses deux enfants ».

Avant de sortir des locaux de la sûreté, la première femme d’Ibrahima est venue à son tour sur les lieux. Le doute a été complètement levé.

La famille Cissé a eu la chance d’autant plus que le phénomène de lynchage est devenu l’arme fatale de la population de la Haute Guinée en général, celle de Kankan en particulier.

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Tel : (00224) 620 95 40 47

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin