C’est bien rare pour être signalé : un décret qui tombe en week-end et qui coïncide à une finale de ligue des champions. Alors que le président de la République annonçait, le 8 mars dernier, vouloir nommer un gouvernement proche du peuple, Alpha Condé à presque pris presque les mêmes pour recommencer.

A part l’entrée des deux anciens opposants (Aboubacar Sylla de l’UFC et Mouctar Diallo des NFD), il n’y a pas de nouveauté dans cette première équipe gouvernementale qui sera pilotée par Kassory Fofana. La plupart des nouveaux entrants étaient déjà du sérail de la gouvernance Condé.

Mais, l’autre défi qui doit se poser les jours à venir sera la désignation de celui qui doit porter la voix du gouvernement, après le départ de l’ancien porte-parole, Albert Damantang Camara.

Aboubacar Sylla, nouveau ministre d’Etat, ministre des Transports

Déjà, plusieurs compatriotes ont parié sur Aboubacar Sylla, ancien porte-parole de l’opposition et ancien porte parole du candidat Cellou Dalein Diallo à l’élection présidentielle de 2015 contre notamment Alpha Condé que le principal opposant avait surnommé « le petit roi »… Il n’y a évidemment aucun doute qu’Abou Sylla en a les ressources et l’expérience, ayant préalablement d’ailleurs assumé ce rôle dans le gouvernement de la transition (dirigé par feu Jean Marie Doré). Mais, est-il suffisamment intégré dans le système ?

Evidemment, des surprises pourraient provenir de Sékoutouréya ! Et, on sait d’avance que plusieurs autres ministres pourraient prétendre avoir plus de légitimité d’assumer cette responsabilité au sein de la nouvelle équipe dirigée par Dr. Ibrahima Kassory Fofana.

Moustapha Mamy Diaby

D’abord, il faut rappeler l’exercice de cette fonction par Moustapha Mamy Diaby, ministre des postes, télécommunications et l’économie numérique, qui a rendu compte de quelques conseils des ministres à l’absence de Damantang Albert Camara. Ayant fait le pas dans cet exercice, son patron le considérer comme ancien numéro deux ; donc, jeter son dévolu sur lui.

Amara Somparé

Ensuite, le jeune Aboubacar Somparé actuel ministre de l’information et de la communication qui, lui aussi, s’était illustré dans la communication du parti au pouvoir pendant la campagne électorale.

Et également Moustapha Naïté qui peut revendiquer cette autre responsabilité, bien qu’il ne soit pas le plus en vue à ce poste. Mais, il a porté la voix du Gouvernement à un moment donné et surtout celle du parti présidentiel quand il le fallait.

Tibou Kamara

Enfin, un autre candidat sérieux- et pas les moindres- est celui que certains appellent déjà le super ministre d’État à la présidence conseiller spécial du président de la République, ministre de l’industrie et des Petites et moyennes entreprises du gouvernement Kassory Fofana. Ancien journaliste, Tibou Kamara pourrait bien jouer ce rôle. Seulement, ce serait au risque de perdre son côté équilibriste qu’on lui colle et qui semble augmenter son influence dans le système Condé. Car, porter la voix d’un gouvernement ne demande pas que de la subtilité. Il arrive au porte parole de défendre presque l’indéfendable. Et, cette position « médiane » de Tibou Kamara pourrait forcément jouer en sa défaveur.

Abdoulaye Oumou Sow pour Guineematin.com

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin