La saison des pluies s’annonce avec beaucoup d’inquiétudes dans certaines parties de la ville de Kankan. C’est notamment au quartier Farako 2 où les rues sont déjà quasi impraticables après la tombée des premières pluies. Une situation qui préoccupe les habitants de la localité qui se demandent comment ils pourront se déplacer dans les prochaines semaines, rapporte le correspondant de Guineematin.com à Kankan.

Artères inondées et embouées, eaux stagnantes, c’est le visage que présentent actuellement les rues du quartier Farakö 2 dans la commune urbaine de Kankan, après les premières pluies enregistrées dans la ville. Ce qui rend très difficiles les déplacements des habitants de la localité. Ces derniers sont aujourd’hui très préoccupés par cette situation. Car, ils savent que ce n’est peut-être que le début de leur calvaire, puisque les grandes pluies n’ont pas encore commencé.

Cette situation est due à un manque de caniveaux pouvant permettre d’évacuer les eaux de pluie. Ténènké Camara, habitante du quartier déplore cette situation et interpelle les autorités là-dessus : « C’est nous qui soufrons plus que tout le monde ici, pendant la saison des pluies l’eau stagne partout parce qu’il n’y a pas de caniveaux, même les motos ont du mal à passer. Si les autorités pouvaient nous aider pour ça, ça nous ferait plaisir », a-t-elle déclaré.

Selon Mamady Condé, un autre habitant de ce quartier, cette situation dure depuis plusieurs années au grand dam des citoyens. C’est pourquoi, il lance aussi un appel à l’endroit des autorités de la ville : « Les difficultés qu’on a ici, c’est qu’on n’a pas de caniveaux dignes de nom, il faut que les autorités nous aident à prolonger nos caniveaux vers ceux des routes goudronnées. Nous vivons ce calvaire depuis des années. Si on nous aide à trouver une solution à ce problème, ça va beaucoup nous soulager », a dit ce citoyen.

A noter que cette situation n’est pas propre seulement au quartier Farako 2. Plusieurs autres parties de la ville sont difficilement praticables en saison hivernale. Et pour l’instant, aucune mesure n’est annoncée pour mettre fin à ce calvaire des habitants de la ville.

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin