Dans le cadre de la poursuite de ses activités de l’année 2018, la Fondation Elhadj Djeriba Diaby pour la Paix et l’Assistance Sociale a organisé une cérémonie de lecture du saint Coran le jeudi dernier, 24 mai 2018. La démarche visait à implorer la grâce divine en faveur de la population guinéenne en général, et des médias publics, privés et internationaux en particulier.

C’est la grande mosquée Abdhülhamid Han de Bambéto, dans la commune de Ratoma, qui a servi de cadre à la cérémonie, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

L’événement s’est déroulé en présence du Médiateur de la République, Elhadj Mohamed Saïd Fofana ; de la présidente du Conseil Économique et Social, Hadja Rabiatou Sera Diallo ; de certains leaders religieux, ainsi que de nombreux fidèles musulmans de la localité. Le saint Coran a été lu plusieurs fois.

Selon les organisateurs, l’activité visait à implorer Dieu afin qu’il protège les journalistes dans l’exercice de leur métier, à les encourager à promouvoir la paix et la culture de la non violence.

Elhadj Sanoussy Doumbouya

Dans son discours de circonstance, le Directeur exécutif de la Fondation Djeriba Diaby pour la Paix et l’Assistance Sociale, Elhadj Sanoussy Doumbouya, a rappelé le rôle joué par ladite fondation dans la préservation de la paix et de la cohésion sociale.

« Pendant les crises en Guinée de 2006 à 2007, Elhadj Djeriba Diaby s’est personnellement investi pour trouver la solution aux différents problèmes sociaux et politiques à travers l’organisation des tournées de sensibilisation dans les régions et préfectures de la Guinée. Depuis cette période, il a consacré sa personne à la cause de la nation guinéenne, à travers l’octroi de dons composés de denrées alimentaires, de kits sanitaires aux personnes vulnérables, l’appui à la construction et l’innovation des mosquées, des centres de santé, des écoles, des points d’eau et la sensibilisation pour la paix et la non-violence. C’est dans cette perspective que la Fondation a initié l’organisation annuelle de lecture du saint coran suivie des prières et bénédiction en faveur des médias guinéens et étrangers dont la première édition commence cette année 2018. Il est important de rappeler que la prière est un pilier fondamental de notre religion, elle permet de renforcer notre foi et de faire des progrès constants. Elle est un temps de communion avec Dieu », a dit Elhadj Doumbouya.

En outre, monsieur Doumbouya a fait savoir que les médias constituent des maillons forts pour l’avenir de la Guinée et pour la Guinée. Ensuite, il a souhaité que l’Etat veille sur les médias tout en respectant leur liberté. « L’avenir de la Guinée réside dans l’efficacité et le professionnalisme de la presse. Car, elle est force motrice du développement du pays. Les médias sont des moyens d’expression essentiels au fonctionnement de la démocratie, les médias sont aussi des outils de renforcement de la démocratie. C’est pourquoi, la mauvaise utilisation peut aussi être un danger pour le pays et la démocratie aussi. L’Etat doit encadrer les médias tout en respectant leur liberté afin de garantir l’égalité d’accès, le pluralisme de l’information dans le respect de la liberté d’opinion. Les médias doivent respecter les choix et les attentes des citoyens ».

Elhadj Djerba Diaby

Dans son intervention l’ambassadeur de la paix, Elhadj Djeriba Diaby a insisté sur la paix. « Nous sommes sous le soleil, ça fait mal. Vous savez que ça c’est un bon soleil, puisque nous ne parlons que de la paix rien que de la paix. Pour la paix, il n’y a pas de soleil, il n’y a pas de pluie. Nous avons organisé cette prière à l’honneur des journalistes, la nation guinéenne a besoin de cette prière à l’occasion de ce mois de Ramadan. La nation guinéenne a besoin de bénédiction pour la paix et la prospérité. La nation guinéenne a besoin de cette prière au moment où les guinéens ne se font plus confiance, les guinéens n’ont plus d’amour entre eux, les guinéens n’ont plus de respect entre eux, les guinéens pensent que la Guinée a fini alors que la Guinée n’a pas encore commencé. Nous devons savoir que Dieu nous a donné tout dans notre cher pays la Guinée. Mais pourquoi nous manquons aujourd’hui de tout ? Est-ce que les populations sont satisfaites des commerçants ? Est-ce que les commerçants ont pitié des populations? Est-ce que l’Etat aide les populations ? Est-ce que l’Etat sait que les populations souffrent ? Est-ce que les populations sont reconnaissantes ? Alors, nous devons prier pour la paix. C’est ce qui plus important pour la nation », conseille-t-il.

Elhadj Djeriba Diaby

En outre, Elhadj Djerba Diaby a fait cas des difficiles conditions de vie et de travail des journalistes tout en magnifiant leur courage. « Cette prière est faite pour vous les journalistes, parce que vous la méritez. La presse guinéenne mérite, parce qu’il y a des journalistes qui marchent sans transport, il y a des journalistes qui n’ont pas de logement, il y a des journalistes qui n’ont pas de salaire. Ils travaillent parce qu’ils aiment leur pays, ils travaillent parce qu’ils veulent informer et former les populations guinéennes. La paix n’a pas de prix ».

Mamadou Laafa Sow pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin