Dans l’après-midi d’hier, mercredi 30 mai 2018, Rachid Ndiaye a cédé le fauteuil de ministre de la Communication à son remplaçant, Amara Somparé. La cérémonie de passation de service s’est déroulée dans la salle de conférence dudit département, en présence de plusieurs personnalités.

En ouvrant la cérémonie, le secrétaire général du gouvernement, Sékou Kissing Camara a remercié le ministre sortant pour sa contribution à la « communication gouvernementale ».

Au ministre entrant, Sékou Kissing Camara a rappelé que l’une des faiblesses de notre gouvernement est la communication gouvernementale. « Le Premier ministre m’a chargé de vous dire que vous devez travailler en synergie avec le futur porte-parole du gouvernement pour améliorer la communication gouvernementale pour mieux présenter les vastes programmes de l’initiative présidentielle et les acquis de la mission gouvernementale ».

Prenant la parole, le ministre sortant, Rachid N’Diaye a rappelé à l’assistance que la fonction ministérielle n’est pas une affaire de personne ; mais, une affaire d’Etat. « C’est une affaire de mission de service public. Et, je crois que c’est utile de louer tous les efforts et les sacrifices qui ont été consentis par les uns et les autres afin qu’on puisse passer le témoin à un nouveau ministre qui va continuer la mission ».

A son successeur, Rachid N’Diaye a prévenu que les tâches ne sont jamais faciles et que les défis qui se posent sont des défis continus qui s’inscrivent sur la durée. « J’ai fait une partie du travail et j’espère qu’il fera mieux parce que nous sommes dans un processus », a-t-il dit, tout en demandant à l’ensemble des travailleurs d’accorder leur loyauté et leur confiance au nouveau promu.

De son côté, le nouveau ministre de la Communication, Amara Somparé a promis qu’à partir de sa prise de fonction, la gestion du ministère de l’Information et de la Communication est appelée à s’exercer dans un cadre rénové au sein duquel règnera le dialogue et la concertation. « Il va nous falloir mettre dans cette optique, des nouveaux outils, des nouvelles pratiques de travail », a-t-il recommandé.

Sur ses priorités, Amara Somparé a mis l’accent sur la restauration du cadre normatif et institutionnel du secteur de l’information et de la communication. « Ce secteur doit être adapté progressivement aux exigences de notre de temps, de façon forte et durable », a expliqué le nouveau ministre.

La seconde priorité soulignée par Amara Somparé est le défi de l’adaptation de l’outil d’information et de communication à l’ère du temps ; c’est-à-dire, le passage de l’analogique au numérique. A ce niveau, le ministre a rappelé que le monde de l’information et de la communication évolue de nos jours à une vitesse vertigineuse. Tant dans ses contenus que ses modes de transmission.

Enfin, Amara Somparé s’est dit déterminé à servir la nation avec humilité, tout en restant aussi déterminé à obtenir des résultats. « Soyez rassurés que je travaillerais sans relâche, le regard tourné vers les objectifs que nous nous sommes fixés ensemble, l’oreille attentive à tous et de tout mon cœur dévoué aux attentes de tous », a-t-il lancé aux cadres de son département.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin