Ministère de la santé : Abdourahmane Diallo dresse son bilan avant de passer le témoin à Niankoye Lamah

Le nouveau ministre en charge de la santé, Dr Edouard Niankoye Lamah, a été installé officiellement dans ses fonctions hier, vendredi 1er juin 2018. Avant de lui passer le témoin, le ministre sortant, Dr Abdourahmane Diallo a présenté le bilan des deux années et demie qu’il a passées à la tête de ce département stratégique, a constaté un reporter de Guineematin.com qui était sur place.

Après 30 mois passés à la tête du ministère guinéen de la santé, Dr Abdourahmane Diallo a cédé la place à son successeur Dr Edouard Niankoye Lamah dans l’après-midi de ce vendredi 1er juin 2018. A cette occasion, le ministre sortant a remercié Dieu et exprimé sa gratitude au président Alpha Condé pour la confiance qu’il a placée en sa personne en lui confiant la gestion d’un département aussi stratégique. Il a ensuite présenté le bilan des deux ans et demi qu’il a passés à la tête de ce ministère. Bilan que Dr Abdourahmane Diallo a reparti en plusieurs axes.

« -De la prévention et de la prise en charge des maladies et des situations d’urgences : la mise en place d’un système de surveillance fonctionnel avec la création de l’agence nationale de sécurité sanitaire (ANSS) et l’équipement des équipes régionales et préfectorales d’alerte et de riposte contre les épidémies dans tout le pays ;

La construction et la mise en service des centres de traitement épidémiologiques dans toutes les préfectures du pays ; l’interruption de la circulation du virus de la poliomyélite par la création d’une cellule de riposte directement placée sous mon autorité ; la réduction de la prévalence du paludisme de 44 à 15% grâce à la distribution de plus de 8 millions de moustiquaires imprégnés et la gratuité du traitement ;

-De la promotion de la santé de la mère et de l’enfant : la distribution de kits pour assurer la gratuité de la consultation prénatale, de l’accouchement et des césariennes dans tout le pays ; l’équipement des formations sanitaires publiques en en kits solaires en vue de faciliter les accouchements de nuit ; l’achat de vaccins pour les enfants et les femmes en âge de procréer sur financement du budget national de développement ; la mobilisation de 45 millions de dollars américains pour le renforcement du système de santé en général, de la vaccination de routine en particulier pour 5 ans (2017-2021)

-Du renforcement du système national de santé : le lancement de la politique nationale de la santé communautaire avec le déploiement prévu de 1800 agents communautaires et de 18000 relais communautaires devant mettre en œuvre un paquet intégré de 17 activités préventives, curatives, promotionnelles et de réadaptation dans tous les villages du pays ; l’affectation à l’intérieur du pays de 95% des 4312 agents de santé recrutés à la Fonction Publique pour répondre à la demande des populations rurales ; la disponibilités des produits pharmaceutiques s’est considérablement améliorée grâce à la recapitalisation de la Pharmacie centrale de Guinée.

-De l’offre de soins de qualité  aux malades : la réorganisation des services d’urgence au sein des structures sanitaires à travers leur restructuration et la disponibilisation de kits d’urgence ; la construction ou la réhabilitation de 125 infrastructures sanitaires sur l’ensemble du pays grâce au financement du budget national de développement et des partenaires ; les travaux de rénovation, d’extension et d’équipement de l’hôpital Donka touchent à leur fin, la livraison du chantier est prévu dans les mois à venir ; la mobilisation des financements pour la construction des centres hospitaliers universitaires de N’Zérékoré et de Kankan, et l’étude de faisabilité pour ceux de Kindia et de Labé ;

L’achat et la distribution d’importants lots d’équipements sanitaires essentiels sur financement du budget national de développement ; le démarrage de plusieurs de plusieurs projets de plus de 100 millions de dollars américains dont deux se focalisant sur la renovation et ou la construction, et l’équipement de plusieurs structures sanitaires y compris l’institut de nutrition et de santé de l’enfant (INSE) à Donka et le centre de santé familial et de reproduction humaine, pour permettre aux couples guinéens de profiter désormais des conquêtes de la science en matière de procréation.

-De l’amélioration de la gouvernance du secteur de la santé : la réalisation de l’audit institutionnel, organisationnel et fonctionnel du ministère de la santé assorti d’une feuille de route pour la mise en œuvre de ses recommandations ; la restructuration du ministère de la santé avec la création de directions nationales des laboratoires, des ressources humaines de santé, et l’érection de la médecine traditionnelle en direction nationale ; le déploiement d’une plateforme informatique dans l’ensemble du pays pour la gestion de l’information sanitaire ; la signature d’un pacte national entre l’Etat et ses partenaires pour le financement harmonisé du plan national de développement sanitaire (PNDS) ;

L’élaboration et la mise en œuvre du plan de communication stratégique avec la création d’un site Web, d’adresses professionnelles et d’autres outils de communication ; l’augmentation de la part de la santé dans le budget de l’Etat passant ainsi de 4,6% en 2016 à 8,2% à nos jours ; l’évaluation routinière de la performance des directions centrales du département ; l’évaluation et le classement semestriels de la performance des structures sanitaires et des services rattachés basés à Conakry ; l’informatisation de la gestion de la chaîne d’approvisionnement des produits de santé avec le déploiement de ILMAS qui est en cours ; le démarrage de l’informatisation de la gestion des structures sanitaires du pays », a cité le ministre sortant.

Dr Abdourahmane Diallo précise que ces résultats sont loin d’être une œuvre individuelle à mettre à son actif à lui seul, mais plutôt le couronnement d’un travail d’équipe, remerciant de passage les cadres du département et les partenaires techniques et financiers qui ont permis l’atteinte de ces résultats.

« En dépit de tous ces résultats obtenus, de nombreux défis existent encore dans le secteur, parmi lesquels : les questions d’éthique et de déontologie, le respect des normes et des procédures administratives, la fidélisation du personnel aux postes d’affectation et le financement adéquat du secteur de la santé », a indiqué le ministre sortant.

Des défis sur lesquels Abdourahmane Diallo interpelle son successeur, à qui il souhaite les meilleurs vœux de succès dans sa mission.

Alpha Fafaya Diallo pour Guineematin.com

Tel. 628124362

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS