Comme annoncé précédemment sur Guineematin.com, les examens nationaux de cette année sont prévus entre le 18 juin et le 09 juillet 2018 sur toute l’étendue du territoire guinéen. A Matoto, il y a 19 048 candidats dont 9 513 filles qui sont inscrits pour le Certificat d’Etudes Elémentaire (CEE), 19 525 candidats au Brevet d’Etudes du Premier Cycle (BEPC) dont 9 885 garçons et 15 784 candidats dont 6355 filles, a appris un reporter de Guineematin.com, qui s’est rendue à la DCE hier, vendredi 8 juin 2018.

Selon Mohamed Lamine Balla Camara, chef de la section enseignement fondamental et intérimaire du DCE de Matoto, sa commune a déjà tout mis en œuvre pour le bon déroulement de ces examens. « Les centres sont préparés pour l’entrée en 7eme parce que c’est le premier examen qui va passer. Ensuite, pour les surveillants, nous sommes en train d’élaborer les listes pour les candidats, les listes sont déjà préparées, je veux parler des PV… ».

Mohamed Lamine Balla Camara

Concernant les statistiques des candidats, Mohamed Lamine Balla Camara a révélé qu’il y a 19 048 candidats à l’examen d’entrée en 7ème année (CEE), dont 9 513 pour 57 centres ; 19 525 candidats au BEPC (Brevet d’Etudes du Premier Cycle) dont 9 885 garçons pour 53 centres ; 15 784 candidats au baccalauréat unique dont 6 355 filles pour 48 centres. Mais, quand nous étions à Matoto hier, la DCE n’avait encore pas finalisé la liste des surveillants.

Seulement, le DCE par intérim de Matoto précise que le changement de ministre à la veille des examens nationaux au département de l’éducation nationale et de l’alphabétisation a un peu impacté le processus de cette année. « D’ordinaire, à pareil moment, on aurait fini les retrouvailles pour les préparatifs, je veux parler de la retraite qu’on fait souvent dans une préfecture. Mais, cette année, jusque-là, nous n’avons pas pu tenir la retraite. Donc, ça cause des problèmes parce qu’il faudrait qu’on se retrouve pour harmoniser les points de vue et voir ce qu’il y a lieu de voir ensemble. Mais, jusque-là, on n’a pas réussi à le faire », a-t-il déploré.

Enfin, Mohamed Lamine Balla Camara a exhorté ses collègues enseignants qui seront programmés pour la surveillance au sérieux « parce la réussite des enfants, c’est notre réussite ; et, si les enfants échouaient, c’est notre échec aussi ».

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin