Au lendemain de sa nomination, le nouveau Premier ministre, Dr. Ibrahima Kassory Fofana a promis de lutter contre la corruption. Et, quelques jours après sa prise de fonction, deux commis de l’Etat ont été limogés pour malversations financières et des poursuites judiciaires ont été engagées contre eux.

Une annonce unanimement saluée, d’autant plus que, de nombreuses fois, les médias privés ont dénoncé les détournements dans de nombreuses entreprises jusque-là jamais élucidés. Alors, Kassory Fofana va-t-il s’attaquer à « l’affaire SOGEAC » où on parle d’un présumé détournement de 4 milliards de francs guinéens ?

Paul Moussa Diawara, relevé pour malversations financières

Le limogeage de Paul Moussa Diawara de l’Office Guinéen de Publicité (OGP) et de Sékou Camara de l’Office Guinéen des Chargeurs (OGC) a fait le tour de la Guinée et a enflammé la toile. L’agent judiciaire de l’Etat a d’ailleurs été instruit d’engager des poursuites judiciaires contre les deux anciens dirigeants.

Juste après la publication de ce décret dans les médias d’Etat, relayé par la presse privée, des commentaires ont commencé à fuser de partout : « Kassory va nettoyer les écuries d’Augias » ; « Kassory a entamé les 12 travaux d’Hercule »… Justement, parlant des douze travaux d’Hercule, parmi les dossiers où il y a déjà des dénonciations de détournement, celui de la SOEGAC (Société de Gestion de l’Aéroport de Conakry) devrait figurer en bonne place dans le combat engagé par Don Kass.

En effet, un gouffre financier de plus de quatre milliards de francs guinéens avait été mis à jour à la SOGEAC (Société de Gestion et d’Exploitation de l’Aéroport de Conakry-Gbessia). Le Directeur Général de cette société mixte était pointé du doigt dans ce qui s’apparente à « une non-conformité entre certaines dépenses effectuées et les autorisations budgétaires validées par le Conseil d’Administration de la SOGEAC ».

Kabassan Oulaba Kéita

Fausses factures, surfacturation, faux contrats, location de limousines pour des randonnées à Paris aux frais de la SOGEAC… Voilà entre-autres reproches faits au DG de la SOGEAC, monsieur Kabassan Oulaba Kéita. Ainsi, le Conseil d’Administration de la SOGEAC, lors de sa 62ème session, tenue à Conakry, le 22 novembre 2017, a constaté que « les observations sur les procédures et règles de gestion n’étaient pas observées par la Direction Générale ».

Devant ce comportement peu orthodoxe, le Conseil d’Administration avait saisi les cabinets d’audit FFA-Ernest & Young et Lombonna, le 27 novembre 2017. La démarche visait à « diligenter une revue de conformité de certaines dépenses des exercices allant du 1er janvier 2016 au 31 octobre 2017. Les dépenses visées sont notamment : entretien, réparations et maintenance ; missions et réceptions, avantages en nature, dons et libéralité, investissement mobilier, mobilier et travaux ».

Le travail effectué, le rapport d’audit a été finalement déposé au CA de la SOGEAC. Aussitôt, une correspondance en date du 02 février 2018, signée du président du CA, est adressée au DG, Kabassan Oulaba Kéita. Il lui est transmis le rapport d’audit « pour commentaires et justificatifs ».

Une réunion du CA avait été programmée à Paris le vendredi 20 avril 2018. Parmi les points à l’ordre du jour, devrait figurer les résultats de ce fameux rapport d’audit. Mais, très curieusement, le président du CA a été limogé « pour faute lourde » par un décret présidentiel signé le 19 avril. Soit la veille de la tenue du CA à Paris.

Une mesure qui avait surpris plus d’un à l’époque. « On a fait du chasseur le gibier », s’était étonné Boubacar Sow, l’ancien président du Conseil d’Administration, limogé.

En ce moment, un autre Conseil d’Administration est en vue à Paris. Va-t-on évoquer cette affaire d’audit ? Ibrahima Kassory Fofana va-t-il s’attaquer à ce dossier de la SOGEAC d’autant plus que les rapports d’audit sont disponibles ?

Wait and See.

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tel 628 17 99 17

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin