L’humanité a célébré le jeudi passé, 14 juin 2018, la journée mondiale du don de sang. Le don de sang est loin d’être ancré dans les mœurs des guinéens. Pour savoir ce qu’est le don de sang, qui doit donner du sang et qui doit en recevoir, un reporter de Guineematin.com a rencontré le docteur Moussa Baïlo Diallo. Dr Diallo est physiologiste et président de l’Association des Biologistes pour le Groupage Sanguin.

À l’entame, le président de l’association des biologistes est revenu sur ce que c’est que le don de sang. Selon le médecin « le don de sang est un processus par lequel un donneur de sang est volontaire pour se voir prélevé du sang qui sera gardé dans une banque de sang avant d’être transfusé dans un corps d’une personne nécessiteuse ».

Dr Moussa Bailo Diallo

Par ailleurs, pour donner le sang, précise Docteur Moussa Baïlo Diallo, « la personne doit être dans l’intervalle de 18 à 70 ans, qu’elle ne soit pas anémiée. Cette personne ne doit pas avoir des infections urinaires, de diarrhée, de toux. La personne qui donne le sang ne doit pas être celle qui a subi des soins dentaires plus récents. Les femmes enceintes et les nourrices de moins de 6 mois ne doivent pas donner le sang. Les personnes ayant subi l’opération dans les 4 derniers mois ne doivent pas aussi donner le sang. Les personnes dont les oreilles viennent d’être compressées pour le port des boucles d’oreilles et celles qui sont tatouées dans les 4 derniers mois ne doivent pas donner le sang. Tout ça, c’est des questions pré-don. C’est après tout ça que confidentiellement, le médecin s’entretiendra avec la personne pour savoir si elle n’a pas des maladies sexuellement transmissibles, pour ne pas que le receveur soit contaminé. Donc, la personne qui donne le sang doit être saine. C’est-à-dire, il faut que des contraintes biologiques, immunitaires, immunologiques et législatives soient appliquées à la personne avant qu’elle ne donne du sang ».

À la question de savoir qui doit recevoir le sang, le médecin précise que ce sont « les personnes anémiées, les personnes qui ont perdu beaucoup de sang pendant leur opération, les personnes ayant fait beaucoup de saignement pendant l’accouchement, les femmes en grossesse ayant perdu beaucoup de sang et qui ne mangent pas suffisamment les aliments qu’il leur faut, et d’autres ».

Quels sont les critères qui entrent en ligne de compte ?

Selon le docteur Moussa Baïlo Diallo, « le don de sang est lié au groupage sanguin, parce que ce ne sont pas toutes les personnes qui doivent donner du sang à n’importe qui. Par exemple, si vous prenez les personnes du groupe O surtout elles sont de O-, elles sont donneuses universelles. Là, elles peuvent donner leur sang à tout le monde. Donc la personne du groupe O- peuvent donner aux personnes de tous les groupes sanguins, de A plus, de A moins, de B plus, de B moins, de AB plus et de AB moins ».

En outre, docteur Diallo précise que « les personnes du groupe O+ sont donneuses potentielles. Potentielles, parce que tout simplement, elles ne donnent qu’à des personnes de groupe sanguin +. O+ ne donne qu’à O+, À+, B+, AB+. Il ne donne pas aux moins. En dehors de ça, les personnes des autres groupes peuvent donner du sang mais aux personnes de même groupe sanguin qu’elles ».

Y a-t-il des risques pour les donneurs et les receveurs ?

Selon le médecin, le don de sang comporte bien des risques pour les donneurs et les receveurs. « Le donneur a des risques après le don, au cas où il n’arrive pas à s’hydrater, à se restaurer pour compenser le volume du sang prélevé. Le receveur peut avoir des risques si le sang transfusé est contaminé, mais les médecins prennent toutes les précautions nécessaires pour éviter ces risques en faisant notamment l’analyse avant la transfusion. Heureusement, il y a un centre national de transfusion sanguine qui est mis en place et qui veille scrupuleusement. Là, on peut dire les risques sont minimes », rassure-t-il.

Dr Moussa Baïlo Diallo, président de l’Association des Biologistes pour le Groupage Sanguin, a enfin demandé à tous ceux qui peuvent donner du sang, de le faire pour sauver des vies, car « celui qui donne le sang, sauve la vie ».

Mamadou Laafa Sow pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin