Démarrage ce lundi, 18 juin 2018, de l’examen de sortie des élèves de l’Enseignement technique et de la formation professionnelle. A Mamou, c’est monsieur Lansana Komara qui a lancé les épreuves. Le ministre de l’Enseignement Technique, de la Formation Professionnelle, du Travail et de l’Emploi était accompagné de son homologue de la Coopération et de l’Intégration Africaine, Dr. Hadja Djenè Keïta et des autorités régionales et préfectorales, rapporte l’envoyé spécial de Guineematin.com à Mamou.

Ils sont au total 16 403 candidats dont 8 919 à affronter ces examens de sortie en Guinée cette année. La région administrative de Mamou compte 292 candidats pour cinq (5) centres dont trois (3) pour la ville de Mamou.

Lansana Komara

Dans sa communication, le patron du département de l’Enseignement Technique, de la Formation Professionnelle, du Travail et de l’Emploi s’est réjoui de la bonne organisation de ces examens. Aussi, monsieur Komara a salué l’engagement des autorités éducatives et des élèves qui se sont présentés très tôt dans les différents centres d’examens. « Nous constatons que les examens sont bien organisés, les élèves sont en classe, les normes sont respectées et aussi les maitres sont à l’heure. Nous avons lancé les épreuves dans de très bonnes conditions, nous encourageons les maîtres et les élèves à poursuivre le travail ; et, nous les encourageons aussi à la maîtrise du sujet » a dit le ministre, précisant que tout a bien commencé.

Mais, pourquoi Lansana Komara a-t-il décidé d’aller à Mamou pour lancer ces épreuves ? « Dans tous les systèmes, on ne peut pas seulement se cantonner dans la capitale, il y a aussi les autres parties du pays qui font une bonne part de la République de Guinée. Donc, on ne peut pas rester à tourner dans les écoles de Conakry pour dire que nous sommes à la quête des écoles oubliées. C’est pourquoi, il faut descendre sur le terrain pour voir, constater ce qui est là, ce qui manque, ce qui ne va pas, afin de les améliorer, de les corriger dans un délais court », a-t-il fait remarquer, précisant que cette visite se poursuivra dans d’autres villes de la Guinée profonde.

Dr. Hadja Djenè Keïta

Pour sa part, Madame la ministre de la Coopération et de l’Intégration Africaine a dit sa joie de constater la présence massive des jeunes filles dans les salles de classes. « Je suis sûr que ces filles vont faire le travail et envahir le marché du travail. Cela prouve que la politique en Guinée suit son court, que le professeur Alpha Condé est vraiment conscient de l’importance des femmes : des jeunes femmes et des jeunes gens, parce qu’il y a aussi plein de jeunes filles qui travaillent. C’est le moment de remercier tous nos partenaires qui nous accompagnent, j’ai vu l’UNESCO qui n’est pas loin, il y a aussi le Japon qui n’est pas loin, etc. », a ajouté Dr. Hadja Djenè Keïta.

Après le lancement des épreuves, la délégation gouvernementale s’est rendue dans d’autres écoles professionnelles et instituts pour visiter les centres de plomberie, de maçonnerie, de mécanique, entre autres. Ensuite, elle a rendu visite aux autorités religieuses qui ont prié pour la paix et le développement de la Guinée.

De Mamou, Ibrahima Sory Diallo, envoyé spécial de Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin