Comme annoncé précédemment, une femme d’une quarantaine d’années a été ébouillantée le Samedi dernier, 16 Juin 2018, par sa coépouse. Les faits se sont produits à Touldé-Sifamah, dans le quartier Sérè, relevant de la commune urbaine de Mamou. Habibatou Barry, l’auteure de cet acte ignoble a été mise aux arrêts, alors que sa victime, Habibatou Sow (qui était jusque-là admise à l’hôpital régional de Mamou) a été transférée à l’hôpital de Bowal-Wanoun, situé à 15 kilomètres du centre-ville de Mamou pour des soins plus appropriés, a appris un des correspondants de Guineematin.com dans la ville carrefour.

Selon nos informations, les deux coépouses (Habibatou Barry et Habibatou Sow) sont plongées dans des querelles interminables depuis que monsieur Sadou Sow s’est marié à Habibatou Sow, qui était la femme de son frère, décédé il y a plusieurs années. Les querelles teintées de haine et de jalousie étaient fréquente entre les deux femmes au point que les enfants de Habibatou Barry ont demandé à leur père Sadou Sow de répudier leur mère pour le bonheur de la famille.

« Dieu sait (et nos voisins peuvent en témoigner), je ne me suis jamais disputé avec ma marâtre (Habibatou Sow). Les problèmes, c’est entre elle et ma mère (Habibatou Barry). Tellement qu’il y a des problèmes, j’ai préféré demander à mon père de répudier ma mère pour ramener le calme en famille », se lamentait, le samedi dernier devant la salle des urgences, l’une des filles de madame Habibatou Barry.

Même pendant le mois de Ramadan, apprend-on des habitants de Touldé qui jouent la discrétion dans cette affaire, les deux coépouses se sont offertes en spectacle dans une mosquée. « Elles se sont battues devant tout le monde. Après, les sages ont tenu une assise pour les réconcilier », témoigne une vieille femme qui était au chevet Habibatou Sow à l’hôpital régional de Mamou.

Lors d’une récente bagarre entre les deux coépouses, madame Habibatou Barry a eu des complications au niveau d’un de ses bras. « Quand nous sommes venus à l’hôpital, le médecin nous a dit que le bras est déboîté au niveau de l’épaule. J’ai dépensé beaucoup d’argent pour les soins. Après, nous avons arrangé le problème en famille », a indiqué monsieur Sadou Sow.

N’ayant pas digéré sa colère, madame Habibatou Barry a alors décidé de se venger de sa coépouse. C’est ainsi que, le samedi dernier, elle est allée surprendre cette dernière en train de préparer à manger dans la cuisine. « Je ne sais pas où elle a enlevé de l’eau chaude. Moi, je faisais la cuisine quand elle est venue me surprendre avec cette eau bouillante qu’elle a versée sur moi. J’ai alors crié et les gens sont venus à mon secours », a expliqué madame Habibatou Sow, qui se tordait de douleur dans la salle des urgences de l’hôpital régional.

Informé de ce problème, le chef du quartier de Sérè a immédiatement saisi la gendarmerie qui a aussitôt interpellé madame Habibatou Barry pour des fins d’enquêtes.

« Après constatation, on a trouvé qu’il s’agit d’une altercation entre les deux femmes (…). La gendarmerie a fait une récusions à médecin et dans les jours à venir, nous allons recevoir un rapport médico-légal qui va nous permettre de connaitre le degré des blessures et l’incapacité temporaire de travail. Parce que c’est cette détermination qui nous permettra de donner une qualification. Mais, pour le moment, sur la base de l’article 239 du code de procédure pénal, nous avons ouvert des enquêtes pour coups et blessures volontaires », a confié Sidiki Camara, le procureur de la république près le tribunal de première instance de Mamou.

Pour cette infraction, madame Habibatou Barry risque une peine de prison allant de 16 jours à 2 ans et une amende de cinq cent mille (500 000) à un million de francs guinéens (1 000 000 GNF). Elle se trouve actuellement dans les locaux de la gendarmerie en attendant la suite de la procédure.

De son côté, madame Habibatou Sow, la victime, a quitté l’hôpital régional de Mamou pour celui de Bowal-Wanoun où elle reçoit des soins plus appropriés.

Nous y reviendrons !

De Mamou, Keïta Mamadou Baïlo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin