A l’instar des autres parties du pays, la préfecture de Siguiri a entamé ce mercredi, 20 juin 2018, les épreuves du certificat d’études élémentaires autrement appelé examen d’entrée en 7ème année. Mais, cet examen national, le premier de cette année, a été lancé sans délégué national, a constaté le correspondant de Guineematin.com dans la préfecture.

11 077 candidats dont 3.261 filles affrontent à partir de ce mercredi, 20 juin 2018, les épreuves du certificat d’études élémentaires dans la préfecture de Siguiri. Ces élèves qui veulent tous accéder au collège l’année prochaine, composent dans un contexte quelque peu particulier. En effet, la préfecture de Siguiri n’a pas eu de délégué national pour superviser le déroulement de cet examen comme cela se doit. C’est le secrétaire général de la commune urbaine, Almamy Tounkara, qui a procédé au lancement de la première épreuve (Rédaction) au centre Framoï Bérété.

Mamadi Doudou Camara

Sur les raisons de l’absence de délégué à Siguiri, le directeur préfectoral de l’éducation, Mamadi Doudou Camara, s’explique : « Le délégué devait être là 24 heures avant la première épreuve, mais vous savez que nous venons d’avoir un nouveau ministre à la tête du département. Ce changement a causé beaucoup de retard dans les préparatifs des examens nationaux, mais nous espérons qu’il sera là d’ici la fin des épreuves », a-t-il indiqué.

Interrogé par Guineematin.com juste avant le lancement de la première épreuve, plusieurs élèves de Siguiri se sont dits sereins et prêts à affronter les épreuves. C’est le cas d’Eugène Dramé, candidat à ce examen national : « J’ai bien préparé l’examen, depuis des mois je travaille avec mes maîtres à l’école et à la maison à préparer cet examen. C’est pourquoi, aujourd’hui j’ai le cœur tranquille, et je souhaite bonne chance aux amis », a dit cet élève.

A noter que les 11 077 candidats de la préfecture de Siguiri sont répartis dans 50 centres d’examen. Reste à savoir maintenant quelle crédibilité aura cet examen national, si le délégué déployé dans la préfecture n’arrive pas au plus vite sur place.

De Siguiri, Bérété Lancéï Condé pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin