Au Mali, un mois avant la présidentielle du 29 juillet, la question sécuritaire reste au coeur du débat politique. Ainsi, l’armée est accusée par les Nations unies d’avoir exécuté douze civils de la communauté peule, le 19 mai dernier, lors d’un marché au bétail à Boulkessy, dans le centre du pays. Réaction du Premier ministre malien Soumeylou Boubèye Maïga, qui est en visite officielle à Paris.

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin