Les greffiers de Guinée ont décidé de suspendre leur grève générale illimitée, entamée le 08 juin 2018 pour réclamer l’application de leur statut particulier. Ils ont annoncé cette décision à l’issue d’une réunion qu’ils ont tenue ce vendredi, 29 juin 2018, à l’Etat Civil de Matoto. Les greffiers accordent trois mois supplémentaires au gouvernement pour accéder à leur revendication, a appris sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Avant d’annoncer la suspension de leur grève, les meneurs du mouvement ont convoqué leurs collègues à une réunion pour leur faire le point de la situation afin que tous soient au même niveau d’information : « L’objectif de notre rencontre ici, c’était de rendre compte à nos amis, à nos collègues, de l’évolution de la situation. Nous avons rencontré un facilitateur en la personne de monsieur Mamadou Aly Thiam, le président de l’Association des Magistrats de Guinée qui s’est porté volontaire dans la médiation au niveau de la crise.

Nous avons estimé qu’il est temps, et nécessaire, de faire un point à la grève et d’accorder une trêve à l’administration , ne se serait-ce que pour trois mois comme l’avait souhaité le ministre de la justice. Un moratoire de trois mois a été accordé aux autorités pour voir si nos revendications seront prises en compte », a déclaré le porte-parole des greffiers, Mamadou Dian Baldé, au sortir de cette rencontre qui a duré trois heures d’horloge.

Il ajoute des garanties ont été obtenues de la part du médiateur dans ce dossier : « Nous avons obtenu un arrêté de reclassement de nos aînés qui étaient dans la hiérarchie B, aujourd’hui reclassés dans la hiérarchie A. Nous avons obtenu des garanties suffisantes du médiateur lui-même en qui nous portons confiance, car c’est une autorité connue. En ce qui concerne l’application du statut particulier, il y a une commission paritaire qui est en train de travailler actuellement sur la fixation des indemnités. Donc, il faut donner la chance à cette commission d’évoluer » a-t-il dit.

Mamadou Dian Baldé s’est expliqué aussi sur la suspension des cinq meneurs de ce mouvement de grève. Selon lui, cette suspension n’est pas pour l’instant levée, mais il garde espoir que cela se fera dans un bref délai : « Nous avons introduit un recours au niveau de la Cour Suprême. En dépit de la procédure judiciaire, c’est possible qu’on obtienne la levée de la suspension avant même l’aboutissement de la procédure judiciaire. Et si c’est la procédure judiciaire aussi qui vient, il n’y aura aucun problème.

Et, si d’ici là, une autre décision contraire n’intervient pas, la loi dit qu’après trois mois de suspension, le fonctionnaire reprend d’office. Donc à partir du lundi prochain, les autres vont reprendre le travail dans les différents tribunaux, mais nous qui sommes suspendus nous ne pouvons pas pour le moment » a-t-il souligné.

Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tel: 654 416 922/664 413 227

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin