Comme annoncé précédemment, le gouvernement guinéen a revu à la hausse le prix du carburant. Le litre passe de 8 000 à 10 000 GNF à la pompe. Cette annonce qui vient confirmer les rumeurs qui couraient depuis quelques semaines à Conakry, ne laisse pas indifférent le GOHA (Groupe Organisé des Hommes d’Affaires).

Le président de l’organisation, Chérif Mohamed Abdallah, que Guineematin.com a joint par téléphone, se dit surpris de cette décision et annonce le soutien du GOHA à toute initiative qui sera prise par les syndicats ou par la société civile pour protester contre cette décision du gouvernement guinéen.

Décryptage !

« Cette augmentation est une surprise pour l’ensemble des opérateurs économiques. La vie coûte extrêmement chère en Guinée et le pays est coupé en deux à cause de l’effondrement du pont de Linsan. Cela fait souffrir énormément les régions de la Haute Guinée, de la Moyenne Guinée et de la Forêt. Les activités économiques sont nettement au ralenti. En plus, nous sommes en période de soudure parce que nous sommes en plein hivernage. La population souffre sérieusement.

Nous n’accepterons pas et nous ne serons pas d’accord avec cette décision. C’est sûr et certain que les prix vont augmenter dans les marchés parce que le transport a déjà changé depuis qu’il y a eu augmentation du prix du carburant à la pompe. On ne mettra pas cela sur le dos des opérateurs économiques parce que ce n’est pas nous qui gérons le pays.

Toute initiative que les syndicalistes vont engager, ou d’autres structures de la société civile, ils seront en partenariat avec le GOHA parce qu’on n’est mêlé, ni de près, ni de loin à cette augmentation.

J’attire l’attention des opérateurs économiques, parce que dès qu’il y a un changement comme ça, ils vont mettre l’augmentation des prix au marché sur le dos des commerçants, aucun d’entre eux ne doit l’accepter. Si les prix changent, ce n’est pas aux commerçants qu’il faut s’en prendre ; mais, à ceux qui ont augmenté le prix du carburant sur le terrain. Ainsi, tous les commerçants doivent rester aux aguets parce que c’est comme ça qu’ils vont pousser les citoyens à s’attaquer aux opérateurs économiques et à leurs biens en disant que ce sont eux qui rendent la vie chère. Celui qui le dit, nous disons que ce sont des mensonges », a déclaré le président de l’organisation des commerçants.

Propos recueillis et décryptés par Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin