Comme on le sait, l’inter centrale CNTG/USTG a déclenché une grève de 72 heures, en vue de protester contre l’augmentation unilatérale du prix du carburant à la pompe par le Gouvernement et exiger le maintien de l’ancien prix.

Contrairement à ces deux grandes structures syndicales, la FESABAG s’est désolidarisée de ce mouvement de grève. Elle l’a fait savoir ce mercredi, 04 juillet 2018, lors d’une Assemblée générale extraordinaire tenue à la bourse du travail, à Kaloum, a appris un reporter de Guineematin.

Selon monsieur Abdoulaye Sow, le secrétaire général de la FESAG, cette augmentation du prix du carburant à la pompe n’intéresse pas le secteur financier, c’est-à-dire les banques, assurances, micro-finances et structures affiliées.

« Le secteur financier n’a rien à gagner dans ces revendications, c’est une perte. L’augmentation du prix du carburant entraîne la perte du pouvoir d’achat. Nous allons chercher à le corriger à notre niveau ; mais, en suivant le mouvement de l’inter central, nous ne gagnons rien ; donc, on se désolidarise. Les banques seront ouvertes, les assurances seront ouvertes, les micro finances seront ouvertes et vont continuer à fonctionner. Après, nous nous poserons nos revendications à nos patrons ; mais, nous n’avons rien à gagner avec l’inter centrale », a dit monsieur Sow.

Enfin, le secrétaire général de la FESABAG a dit qu’au cas où leurs revendications ne seraient pas prises en compte par leurs patrons, ils vont lancer la grève dans leur secteur. Mais, pour l’instant, l’idée de toute grève est exclue dans le secteur financier, précise-t-il.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin