Quatre institutions d’enseignement supérieur lauréates du Fonds compétitif pour les compétences et l’employabilité (FCCE), viennent de bénéficier d’une subvention du Gouvernement guinéen, à travers le projet Booster les Compétences par l’employabilité des Jeunes (BoCeJ), financé par la Banque mondiale. La convention de financement a été signée hier, vendredi 06 juillet 2018, sous l’égide du ministre de la Jeunesse et de l’emploi des Jeunes, Mouctar Diallo.

L’Université Koffi Annan de Guinée (UKAG), Institut René Levesque (IRL), l’Ecole de la Santé pour tous de Raphael Archange (ESTRA) de N’Zérékoré ont bénéficié de 400 mille dollars chacune ; et, l’Ecole Supérieure de Tourisme et de l’Hôtellerie (ESTH), elle, de 250 mille dollars. L’objectif du projet est de renforcer les capacités des étudiants guinéens dans divers domaines scientifiques et universels pour les rendre plus performants et faciliter leur employabilité.

Et, ce financement n’est qu’une première étape, selon Thierno Illiassa Baldé, gestionnaire du projet booster les compétences par l’employabilité des jeunes (BoCEJ) : « L’objectif qu’on vise, c’est d’aider les jeunes à passer par des structures de formation performantes. Ce projet concernera toutes les institutions du pays que ce soit des institutions publiques ou privées. C’est une première expérimentation, c’est le résultat de cette première expérience qui pourrait nous permettre de tisser d’autres partenariats pour pouvoir les pérenniser », a-t-il indiqué.

Et c’est pourquoi justement, le représentant principal de la Banque mondiale, à la cérémonie de signature de cette convention, Hassane Dieng, a interpellé les bénéficiaires sur la bonne gestion de ces fonds : « Je lance un message aux bénéficiaires de ce projet. Aujourd’hui, le challenge du BoCEJ a été complètement changé d’un début, où il devrait organiser un processus transparent, il est passé à un niveau où on doit passer à un sous-projet pour atteindre le résultat. La responsabilité vous revient pour pouvoir atteindre vos objectifs que vous avez consignés dans les documents. C’est pour favoriser l’employabilité et la formation des jeunes, mais ça dépendra de votre manière de gérer…», a dit monsieur Dieng.

Quant aux responsables des institutions bénéficiaires de cette subvention, ils ont exprimé leur satisfaction et ont promis de faire bon usage de ce financement. Parmi eux, Docteur Ousmane Kaba, fondateur de l’Université Kofi Annan de Guinée : « Je suis très heureux, parce que c’est la première fois que nous bénéficions d’un financement extérieur de quelque origine que ce soit. Je suis très content du fait que l’Université Kofi Annan a été choisie dans le domaine de l’électricité. Puisqu’au niveau de notre université, nous formons des jeunes en matière d’électricité et de l’ingénierie. C’est l’un des plus grands défis que la Guinée doit affronter, et il faut que nous formions bien ces jeunes qui vont réaliser les rêves des Guinéens », a dit Dr Ousmane Kaba.

Pour sa part, le ministre de la Jeunesse et de l’emploi des Jeunes a rappelé d’abord que les institutions qui ont bénéficié de ce financement l’ont bien mérité. Mouctar Diallo les a félicités et encouragés à persévérer dans la bonne formation des jeunes guinéens : « Je remercie tous ceux qui ont pris part à cette cérémonie de signature. Ces institutions font le travail de la République de Guinée et on doit les remercier. Puisque c’est après une étude approfondie qu’elles ont été choisies. Ceux qui empruntent la voie de l’éducation, empruntent la voie du développement. L’emploi et l’éducation des jeunes étudiants et diplômés guinéens est l’une des priorités du gouvernement », a indiqué le ministre.

A noter que plus 20 mille jeunes seront directement touchés par ce projet : 18 mille en formation initiale, professionnelle et universitaire ; et, 2 800 jeunes sans emploi.

Mohamed Doré pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin