L’actualité sociopolitique nationale a dominé les débats à l’occasion de l’assemblée générale de l’UFR (Union des Forces Républicaines) tenue ce samedi 7 juillet 2018 à son siège à Matam. De la décision du ministère de l’administration du territoire d’installer les conseils communaux à l’adoption de la nouvelle loi sur la CENI en passant par l’audit du fichier électoral, l’UFR a donné sa position a constaté sur place Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

La séance a été dirigée par le vice-président Ibrahima Bangoura, entouré des membres du bureau politiques : Dr Deen Touré, madame Aissata Daffé, Ali Doumbouya, Boubacar Barry, entre-autres.

Le ministère de l’administration du territoire a décidé d’installer les conseils communaux dans 330 des 342 communes de la Guinée. Les 12 autres, concernés par des contestations, pourraient être installées plus tard. Cette décision n’est pas du goût de l’UFR. Selon le député Ibrahima Bangoura c’est une question de principe. « Notre position est claire sur cette question. On a dit qu’il faut installer toutes les 342 communes de la Guinée au même moment. Nous l’avions dit et nous maintenons la position là ».

A la question de savoir ce qui pourrait arriver en cas de forcing, Ibrahima Bangoura répond que « la pression fera que le département de l’administration du territoire sera obligé de reculer. Maintenant, s’ils le font malgré toutes les mises ne garde, nous aviserons ».

Pour ce qui est de l’audit du fichier électoral, les responsables de l’UFR rappelé les nombreux problèmes contenus dans ce fichier, notamment les cas de doublons, de citoyens décédés,… Par ailleurs, selon l’honorable Bangoura, il faut que ce travail soit confié aux partenaires de la Guinée et on exclusivement à l’Organisation Internationale de la Francophonie qui n’inspire pas confiance.

Parlant de la nouvelle loi sur la CENI, l’UFR a réaffirmé son appartenance à l’opposition. Par conséquent, le parti se dit concerné par les 7 places réservées à l’opposition dans la nouvelle loi sur la CENI.

En outre, Ibrahima Bangoura a regretté le fait que le gouvernement ait augmenté le prix du carburant à la pompe. « C’est un fait qui va augmenter la paupérisation des citoyens », lance-t-il.

La chute du pont de Linsan et de deux autres ouvrages de franchissement à Kérouané n’a pas été occultée par le vice-président de l’UFR. « Voyez la ville de Conakry et les conditions de vie de tout le monde. Nous le vivons tous. Je veux dire qu’il y a de vrais problèmes, d’énormes problèmes à ce sujet ».

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tel 628 17 99 17

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin