Comme tous les weekends, le principal parti de l’opposition guinéenne a animé son assemblée générale hebdomadaire ce samedi, 7 juillet 2018, à son siège national, à la Minière. La rencontre a été présidée par Cellou Dalein Diallo, entouré de ses vice-présidents, Dr Fodé Oussou Fofana, Kalémodou Yansané, Ibrahima Chérif Bah, Elhadj Abdoulaye Diouma Diallo, ainsi que de plusieurs députés et cadres du parti, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était sur place.

Après de longues heures d’animation artistique, c’est aux environs de 13 heures que le président de l’UFDG (accompagné de Fodé Oussou Fofana) a fait son entrée au siège où une importante foule l’attendait.

L’actualité oblige, deux principaux points étaient à l’ordre du jour dans son discours : l’augmentation du prix du carburant ayant été à la base de la grève syndicale et le blocage politique depuis les élections locales du 04 février dernier.

Concernant l’augmentation du prix du carburant, passé de 8 000 à 10 000 GNF par litre, Cellou Dalein Diallo a qualifié la décision du Gouvernement d’injuste et d’inopportune. « C’est une mesure inopportune dans la mesure où le gouvernement avait fait adopter le principe de la flexibilité du prix à la pompe : lorsque le baril monte, le prix du litre monte ; et, lorsque ça descend, le prix descend. Mais, pendant longtemps, le baril a quitté de 110 dollars pour 30 dollars, le gouvernement a refusé de baisser le prix. Maintenant que le prix commence à monter, ils veulent faire monter, ce n’est pas juste », a dit le leader de l’opposition guinéenne.

Ainsi, le président de l’UFDG estime qu’il est normal que les populations réagissent à travers des mouvements de protestation contre cette augmentation. « Comme les gouvernants s’en fichent, ils n’ont même pas cru devoir rencontrer les forces vives pour essayer de leur expliquer ce qui les ont amené à le faire et quelles sont les mesures d’accompagnement que le gouvernement peut prendre pour atténuer l’impact de leur décision sur le pouvoir d’achat des guinéens. C’est tout à fait normal que les guinéens réagissent à travers les organisations compétentes : la société civile et le syndicat qui n’ont pas été associés », a dit Cellou Dalein Diallo.

Bref, le chef de file de l’opposition ne pardonne pas à ce gouvernement qui se montre insensible aux souffrances du bas-peuple, puisque qu’aucun produit ou service ne sera épargné par cette augmentation. « Il n’y a pas un seul produit ou un seul service qui ne sera pas affecté par cette augmentation », a-t-il prévenu, dénonçant le chômage et la corruption dans le pays. « Ils sont insensibles à la misère de la population », s’offusque encore l’opposant.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél. : 622 68 00 41

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin