Un jeune homme d’une trentaine d’années a été enlevé par des inconnus le samedi 07 juillet 2018 dans la ville de Labé. Il a réussi à échapper à ses ravisseurs pour rentrer chez lui trois jours plus tard. Il a raconté sa mésaventure à un correspondant de Guineematin.com basé à Labé.

Thierno Ousmane Baldé, maçon de profession, a été kidnappé samedi dernier dans la commune urbaine de Labé. Il dit avoir été conduit dans une brousse dans la préfecture de Mali où il a réussi à échapper à ses ravisseurs pour rentrer chez lui. Selon lui, les hommes qui l’ont enlevé ont utilisé un plan parfaitement élaboré pour l’avoir.

« C’est avec un numéro masqué que j’ai été appelé le samedi dernier aux environs de 14 heures pour aller à Maléyah (un secteur de Daka1 dans la commune de Labé) pour creuser des trous afin d’implanter des pylônes. Sans arrière-pensée, je me suis rendu au lieu qui m’était indiqué. Et quand je suis parti, j’ai trouvé un autre jeune dont j’ignore l’identité qui était dans leur véhicule non immatriculé et qui était venu pour le même boulot.

Après un bref entretien sur les modalités de travail avec les trois hommes, ils m’ont demandé si j’ai du matériel de travail, j’ai répondu non. Ils nous ont dit alors d’aller en chercher. On s’est rendus en ville pour acheter une pioche et une pelle. A partir de là, je ne pouvais douter de rien. J’ai perdu connaissance lorsqu’ils (les kidnappeurs ndlr) m’ont aspergé du gaz », raconte le père de famille.

Il ajoute qu’il a repris connaissance alors qu’il était en pleine brousse dans la préfecture de Mali. Et c’est là qu’il a réussi à échapper à ses ravisseurs : « C’est à Mali que j’ai repris connaissance, dans une brousse très éloignée. Parmi les trois bandits, deux sont descendus de la voiture, il ne restait donc qu’un seul avec nous. Ce dernier aussi est descendu quelques temps après.

C’est ainsi que j’ai profité pour me jeter sur lui. Après une lutte âpre entre nous, il m’a poussé violemment et je suis tombé. Lorsqu’il s’est retourné pour pendre quelque chose dans le véhicule pour se défendre, j’ai pris la fuite. Après trois jours de marche, je me suis retrouvé dans un village qu’on appelle Ley Fello Maléya, situé à 22 kilomètres de la ville de Mali, à la frontière entre la Guinée et le Sénégal. C’est à partir de là, que j’ai pu contacter mes parents qui sont allés me chercher le mardi 10 juillet 2018 », nous confie Thierno Ousmane Baldé.

Ce rescapé dit ne rien savoir sur le sort du second otage qui était avec lui dans le véhicule, encore moins de la destination des ravisseurs. Des enquêtes ont été ouvertes par les services de sécurité de Mali pour tenter de les retrouver.

Depuis Labé, Alpha Boubacar Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin