Suite à la grève perlée lancée par l’inter-centrale CNTG/USTG contre la hausse du prix du carburant unilatéralement décidé par le Gouvernement, certains syndicalistes ont été récemment arrêtés à Enco5. Pour le vice-président de la commission nationale de négociation, Abdoulaye Camara, joint au téléphone par un reporter de Guineematin.com ce mercredi, 18 juillet 2018, ces personnes ont été arbitrairement arrêtées par la police.

Selon Abdoulaye Camara, une assemblée générale était prévue à la bourse du travail, ce mercredi. Mais, elle a été annulée à cause de l’arrestation, mercredi dernier, de trois syndicalistes par des agents de la police.

« Nous avons nos représentants au niveau de la commune de Matoto : Mamady Condé, Lamine Sylla et Ibrahima Camara qui ont été arrêtés. Mamady Condé, secrétaire général des transporteurs au niveau d’Enco5, était avec les deux autres collègues au niveau du carrefour Enco5. Les enfants avaient commencés à caillasser les véhicules vers Cosa et Bambéto. Donc, il a dit aux autres chauffeurs de ne pas venir parce qu’on va caillasser leurs véhicules. Le temps pour lui avec nos camarades de dire de ne pas venir vers là, les policiers ont cru que nos gens sont en train de démobiliser, de dire aux gens de ne pas travailler. Alors que c’était pour sécuriser les camarades qui quittaient Enco5 pour Bambéto puisque les enfants avaient commencé à lancer des pierres. C’est donc dans cette circonstance qu’ils ont été arrêtés par la police », soutient-il, avant d’ajouter que ses camarades sont détenus à la maison centrale.

A noter que l’inter centrale CNTG/USTG a été reçue ce mercredi par le Premier ministre, sous invitation de la présidente du CES et du médiateur de la République. Après cette audience, les syndicalistes devraient se retrouver en assemblée générale à la bourse du travail ; mais, cette rencontre n’a pu se tenir à cause de la détention de leurs camardes.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin