Dans la journée du lundi dernier, 16 Juillet 2018, des échauffourées avaient éclaté au niveau de Conserverie (dans la commune urbaine de Mamou) entre des agents des forces de l’ordre et des jeunes manifestants qui ont été accusé de barricader la route en signe de protestation contre l’augmentation du prix du carburant à la pompe.

Dans la foulée, plusieurs personnes ont été interpellées et conduites à la brigade mobile d’intervention, avant d’être transférées quelques heures plus tard à la gendarmerie départementale, rapporte un des correspondants de Guineematin.com à Mamou.

Selon nos informations, les personnes qui ont été arrêtées sont toutes des jeunes. Ils ont été présentés à un OPJ (officier de police judiciaire) qui les a entendus et a dressé un procès verbal qui a été transmis au parquet du tribunal de première instance de Mamou.

Sidiki Camara, procureur de Mamou

« Au cours de la sécurisation de la marche des forces sociales, le lundi 16 Juillet dernier, certaines personnes ont non seulement érigé des barricades au niveau de la Conserverie, mais ont aussi jeté des cailloux sur les forces de l’ordre, allant jusqu’à cogner les agents. En l’occurrence, le maréchal des logis Mamady Traoré qui a eu ses deux mains touchées. C’est ainsi que six parmi eux ont été interpellés pour des faits d’outrage à agents, violence et voie de fait. Des infractions prévues et punies par les articles 658 et 240 du code pénal. Hier (Mardi) le procès verbal a été dressé par la brigade de recherche et transmis à notre parquet », a expliqué le procureur Sidiki Camara, précisant qu’il y a trois mineurs parmi les personnes interpellées.

« Ils sont tous (les six jeunes) placés sous mandat de dépôt. Et, à l’heure qu’il fait, nous sommes en train de saisir le juge des enfants qui, peut être d’ici la fin de la semaine, va programmer l’affaire et nous allons partir en audience pour le jugement », a ajouté le procureur de la république près le tribunal de première instance de Mamou.

Des manifestations contre la hausse du prix du carburant (de huit à dix mille) sont enregistrées un peu partout en Guinée. Les citoyens qui organisent ces manifestations dénoncent la mesure et s’élèvent surtout contre les détournements des deniers publics dont les dirigeants guinéens sont souvent coupables et la mal gouvernance.

De Mamou, Keïta Mamadou Baïlo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin