Sidya Touré, président de l’UFR

Le président de l’Union des Forces Républicaines (UFR) n’est pas allé d’une main morte pour dénoncer les difficultés que rencontrent les guinéens en ce moment. C’était à l’occasion de l’assemblée générale du parti républicain, tenue ce samedi 21 juillet 2018 à Matam.

Sidya Touré a passé aux cibles les promesses non tenues par le gouvernement du président Condé, la défectuosité des ouvrages de franchissement et le retard dans la mise en place des exécutifs communaux devant une foule importante de militants, a constaté sur place Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

C’est un discours au vitriol que Sidya Touré a tenu devant des militants très enthousiastes. « Notre situation est aujourd’hui très difficile. La fois dernière, j’écoutais RFI. Ils ont annoncé qu’il y a six ponts qui se sont écroulés en trois mois. Même vers Forécariah il y a un autre pont qui risque de s’écrouler. On nous a dit ici qu’on avait trouvé des fonds pour améliorer la route à partir de Coyah jusqu’à Dabola, et que les études ont été faites, et qu’on a trouvé les financements. On a même posé la première pierre. Quand vous avez fait les études d’une route, ça veut dire qu’on a étudié les ponts là. Un mois après, le pont là tombe dans le cours d’eau avec tout le plateau et le camion », a dénoncé le Haut Représentant du chef de l’Etat.

Par ailleurs, Sidya Touré est revenu sur les élections locales du 04 février dernier qui ont été mal organisées. « Ces élections ont été complètement bafouées, truquées. Mais, même ave ça, le parti qui a organisé les élections n’a pas eu la majorité… Nous pensons quand même que les exécutifs communaux doivent être installés. Et nous sommes ouverts. J’ai donné instruction au bureau exécutif du parti. Ces élections sont des élections locales. Ils n’ont qu’à négocier à la base et voir comment ils vont élire leurs maires, que ce soit avec les indépendants, que ce soit avec le RPG, l’UFDG ou le BL. Avec ce qui se passe aujourd’hui, nous n’avons aucun complexe de négocier avec tout le monde et c’est à la base que les gens décideront avec qui ils vont aller», a laissé entendre le président de l’UFR.

En outre, monsieur Touré a fait remarquer que la gestion des communes par les secrétaires généraux nommés par le ministère de l’administration du territoire est inacceptable. C’est pourquoi il faut agir au plus vite dans l’installation des maires et chefs de quartiers élus.

Pour le reste, Sidya Touré a justifié la nécessité de la restructuration de l’UFR par le souci de redynamiser les structures en y mettant des jeunes et femmes dynamiques, capables de faire face avec détermination aux prochaines échéances électorales.

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 628 17 99 17

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin